Español English French Kwéyol

Haïti-Élections : Le Cep lance une mise en garde contre les fauteurs de troubles

P-au-P, 19 sept. 2016 [AlterPresse] --- Le Conseil électoral provisoire (Cep) a lancé une mise en garde contre les fauteurs de troubles, durant la campagne électorale, qui doit prendre fin le vendredi 7 octobre 2016.

Cet avertissement fait suite aux incidents malheureux, survenus dans les départements de l’Artibonite (Gonaïves) et du Nord (Cap-Haïtien), pendant le passage de la caravane de Fanmi Lavalas, précise un communiqué du Cep.

Les partis et groupements politiques, candidates, candidats et sympathisants, ont l’obligation de conduire leur campagne de façon pacifique, dans le respect de la loi, rappelle-t-il.

« Le Conseil, en aucune manière, ne tolérera que des perturbateurs, qu’ils soient candidats ou partisans de candidats, de partis ou groupements politiques puissent agresser des compétiteurs ou perturber leur rassemblement public ».

L’institution électorale recommande aux forces de l’ordre de s’assurer du respect, par les acteurs concernés, des mesures, adoptées par la Police nationale d’Haïti (Pnh), pour le déroulement de la campagne électorale.

Le passage, dans la ville des Gonaïves, de la candidate du parti politique Fanmi Lavalas, Maryse Narcisse, qui se rendait à un meeting électoral dans le Nord, accompagné de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, a créé une vive tension dans cette commune, le vendredi 16 septembre 2016.

Des gonaïviens, hostiles à Aristide et Narcisse, ont scandé le nom d’« Amiot Métayer » pour exprimer leurs mécontentements durant la caravane.

Amiot Métayer, ancien chef de bande proche du pouvoir Lavalas, a été retrouvé assassiné dans la nuit du 22 au 23 septembre 2003, sous la présidence d’Aristide, à Saint-Marc dans le département de l’Artibonite.

Cet assassinat avait déclenché un vaste mouvement de protestation, à la cité de l’indépendance, contre le régime de Fanmi Lavalas, jusqu’à la chute d’Aristide, le 29 février 2004.

Au Cap-Haïtien, des manifestants se réclamant de « partisans de Pitit Dessalines » ont aussi provoqué un retard, de près de 3 heures, dans l’intervention publique de l’ancien prêtre défroqué.

Lors du meeting électoral de Fanmi lavalas, Aristide s’est évanoui, vers 8:00 pm (1:00 gmt samedi matin 17 septembre 2016) sur le podium, installé sur le Boulevard (à proximité de la mer), dans la deuxième ville du pays.

Il a été transporté d’urgence à l’hôpital public du Cap-Haïtien, où il a passé la nuit, du vendredi 16 au samedi 17 septembre 2016, sous surveillance médicale.

« Mon malaise d’hier soir est la conséquence d’une déshydratation. Je n’ai pas bu assez d’eau, durant la journée d’hier (vendredi 16 septembre 2016) », a expliqué Aristide, lors d’un point de presse donné dans un hôtel au Cap-Haïtien, dans la matinée du samedi 17 septembre 2016. [jd emb apr 12/09/2016 12 :00]