Haïti : Une journée de réflexion à Petit-Goave autour de l’incapacité chronique de l’agriculture

P-au-P, 29 avril 2016 [AlterPresse] --- « Réflexion sur l’incapacité chronique de l’agriculture haïtienne » : tel est le thème d’une conférence-débats prévue le dimanche 1er mai 2016 à Petit-Goâve (département de l’Ouest), à l’occasion de la journée du travail et de l’agriculture.

Cette conférence annoncée par le Collectif inter génération de Petit-Goâve (Cigpeg) se tiendra au Lycée Faustin Soulouque autour du livre de l’agronome Sébastien Hilaire intitulé « Le prix d’une agriculture minière ».

Des échanges auront lieu autour du sujet : « L’agriculture haïtienne, primauté des intérêts particuliers, échec cuisant de l’élite et de la paysannerie ».

Hilaire interviendra sur les causes de l’incapacité chronique de l’agriculture haïtienne à remplir la fonction première de ce secteur d’activités dans tout pays, c’est-à-dire nourrir convenablement la population locale.

Au menu de cette journée, il est prévu des projections de documentaires sur la question minière, et des témoignages d’organisations paysannes comme « Tèt kole ti peyizan » sur la situation de l’agriculture, indique l’un des membres du Collectif, Dany Fabien.

Évoquant le problème du déboisement qui est, dit-il, très profond, Fabien pointe du doigt l’ancien dictateur François Duvalier pour avoir accéléré la déforestation, notamment du Forêt des Pins, à la recherche de « Camoquins », personnes considérées comme des obstacles à son régime.

Le déboisement des bassins versants de l’Artibonite a été également ordonné par Duvalier pour éviter que ces espaces servent de cachette aux « Camoquins ».[bd emb gp apr 29/04/2016 14 :30]