Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Le Collectif du 4 décembre réclame la lumière sur les élections controversées de 2015

P-au-P, 04 avril 2016[AlterPresse] --- Le Collectif du 4 décembre, une organisation de la société civile haitienne, souhaite que la lumière soit faite sur les élections controversées de 2015 avant de poursuivre le processus.

Sans faire allusion directe à une commission de vérification, le Coellectif estime que « toute approche visant à faire la lumière » sur les élections controversées de 2015 « ne ferait que renforcer la crédibilité » du nouveau Conseil électoral provisoire (Cep) qui vient d’entrer en fonction.

Dans une note transmise à AlterPresse, l’organisation appelle le Cep à rétablir la confiance de la population dans l’institution électorale, tout en l’exhortant « à se montrer à la hauteur de l’immense tâche qui l’attend dans cette conjoncture difficile ».

« Statuer sur les résultats déjà publiés répondrait à l’attente générale. Il est souhaitable que la vérité éclate au grand jour par respect du citoyen et de son vote », souhaite-t-il, en dépit des doutes persistants qui pèsent sur la mise en place d’une commission de vérification électorale pour épurer le processus entamé.

Plusieurs partis politiques dont Fanmi Lavalas ont contesté les résultats définitifs de la présidentielle du 25 octobre 2015, publiés par le Conseil électoral provisoire (Cep), le mardi 24 novembre 2015.

Jovenel Moïse est arrivé en tête avec 508,761 votes, soit 32.76 %, et Jude Célestin a occupé la deuxième place avec 392,782 votes, soit 25.29 %, selon ces résultats qui ont été jugés frauduleux par divers secteurs du pays.

Un nouveau conseil d’administration du Cep a été installé, le mercredi 30 mars 2016, au local de l’institution, à Pétionville (à l’est de la capitale), en vue de relancer le processus électoral.

Saluant les efforts déployés pour faciliter l’installation du Conseil, le Collectif dit prendre également acte de l’engagement des nouveaux membres à apporter leur contribution et leur expertise à la finalisation de ce processus.

Il espère que « ces femmes et hommes de valeur sauront se distinguer par leur intégrité, leur rigueur, leur professionnalisme, leur impartialité et leur honnêteté dans la conduite des prochaines joutes électorales ».

Il entend toujours rester à son poste de vigie lors du déroulement des prochaines élections dont la fiabilité et la transparence seront, dit-il, les conditions sine qua non à l’avancement du pays et au rétablissement de l’ordre constitutionnel.

Ces élections sont fixées pour le 24 avril 2016, selon un accord politique signé le 6 février 2016 au palais présidentiel, à quelques heures de la fin du mandat du président Michel Martelly, entre les présidents des deux chambres du parlement et le chef de l’État sortant. Il est pratiquement impossible que cette échéance soit respectée. [emb gp apr 04/04/2016 12 : 35]