Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Edouard Paultre met en garde contre le risque de basculer dans l’anarchie

P-au-P, 1er avril 2016 [AlterPresse] --- Le coordonnateur du Conseil haïtien des acteurs non étatiques (Conhane), Edouard Paultre, prône un meilleur cadre politique en vue d’éviter de fragiliser la situation politique, durant cette période de transition.

Ce cadre-là permettrait d’éviter de basculer dans l’anarchie politique et les luttes intestines pour le contrôle de la gestion du pays, souligne Paultre, invité à l’émission TiChèzBa, en diffusion, les samedi 2 et dimanche 3 avril 2016, sur la station en ligne AlterRadio (samedi : 7:00 am, 3:00 pm ; dimanche : 7:00 am, 1:00 pm, 5:00 pm).

« C’est une menace pour le pouvoir actuel. (…) Les adversaires de Privert (président provisoire) cherchent la première occasion pour le faire chuter », met-il en garde.

Les personnes ayant le levier du pouvoir, notamment les parlementaires, retardent le processus politique, avance-t-il, tout en appelant à une plus grande responsabilité des autorités étatiques.

Le parlement contesté avait rejeté le plan de gestion gouvernementale du premier ministre nommé Fritz-Alphonse Jean et ratifié, pratiquement sans débat et de manière expresse, la déclaration de politique générale d’Enex Jean-Charles, sous la base de marchandage de postes ministériels.

Le coordonnateur du Conhane pointe du doigt les parlementaires du Parti haïtien tèt kale (Phtk) et alliés, à la chambre des députés, qui ne sentent pas, dit-il, l’urgence de débloquer la situation politique.

Toutefois, le président provisoire Jocelerme Privert a également sa responsabilité en ce qui concerne la mise en œuvre de l’accord du 6 février 2016, parce qu’il a été partie prenante de celui-ci, nuance Paultre.

L’accord politique du 6 février 2016 a été signé, au palais présidentiel, à quelques heures de la fin du mandat du président Michel Martelly, entre le président sortant et les présidents des deux branches du parlement, respectivement, Jocelerme Privert du sénat, actuellement président provisoire, et Cholzer Chancy de la chambre des députés.

Cet accord, à l’origine de l’installation du nouveau gouvernement provisoire, prévoit l’organisation des élections pour le 24 avril 2016.

Le pouvoir actuel devrait faire l’effort de consulter d’autres tendances politiques, même celles qui ont refusé de participer dans la transition, estime le Conhane.

La distance, prise par le Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod), l’un des fers de lance des manifestations de rues, par rapport au gouvernent, montre des humeurs qui peuvent faire surgir des luttes intestines pendant la période de transition, ajoute-t-il.

Le gouvernement devrait chercher un accord pour donner un contenu politique à la transition actuelle et prendre en compte les revendications des forces vives du pays, suggère Paultre. [emb gp apr 01/04/2016 14:05]


TiChèzBa, édition du 19 mars 2016, invité Michel André, leader de la Plateforme Justice

L’avocat Michel André, leader de la Plateforme Justice, estime que le déblocage de la situation haïtienne passe nécessairement par un nouvel accord politique impliquant l’ensemble des forces démocratiques d’Haïti.