Español English French Kwéyol

Haiti : Les mouvements de panique se poursuivent à la capitale

P-au-P., 13 déc. 04 [AlterPresse] --- Une situation de tension a encore régné ce 13 décembre 2004 au centre-ville de Port-au-Prince, zone cible de bandits depuis quelques temps, avec de nouveaux échanges de tirs entre des agents de la police et des individus armés.

De paisibles citoyens, pour la plupart des petits marchands qui étalaient leurs produits sur les trottoirs, ont été atteints par des projectiles. Les blessés ont été transportés d’urgence aux différents centres hospitaliers de la capitale, et en particulier à l’hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti afin de recevoir des soins que leurs cas nécessitent.

Dans le même temps, un violent incendie, d’origine inconnue, a éclaté à la rue Pavée (centre-ville), près d’un commissariat de police. Plusieurs magasins de la place et plus d’une dizaine de maisonnettes ont été la proie des flammes.

Des agents de la police et une unité du corps des pompiers, présents sur place, pour tenter d’éteindre le feu, ont affirmé que le sinistre est d’origine accidentelle et serait causé par des installations électriques défectueuses.

D’autre part, des hommes armés ont tenté sans succès de mettre le feu à une succursale de la compagnie nationale de télécommunications (TELECO) située au centre-ville.

Des troubles ont été enregistrés également à la capitale durant le week-end écoulé et la police a annoncé avoir fait au moins 3 arrestations.

Depuis le déclenchement le 30 septembre 2004 d’actes de violences à la capitale, il ne se passe une semaine sans qu’il y ait des mouvements de panique à la capitale. Durant ces plus de deux mois, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées, dont une vingtaine de policiers.

Des partisans de l’ancien régime, qui revendiquent les mouvements armés, exigent le retour physique de l’ancien Président Jean Bertrand Aristide, déchu le 29 février dernier. [fl gp apr 13/12/2004 18:00]