Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Le premier ministre Fritz-Alphonse Jean ambitionne de rétablir la confiance

P-au-P, 29 février 2016 [AlterPresse] --- « Nous sommes venus pour permettre, par des actes et des gestes citoyens, le retour de la confiance entre nous, dans la divergence, mais dans une finalité de concorde », déclare le premier ministre Fritz-Alphonse Jean, lors de sa présentation officielle, sur la cour du palais national, le vendredi 26 février 2016.

La cérémonie a eu lieu en présence, notamment, de représentants du secteur politique, du parlement et de diplomates haïtiens et étrangers. Le chef du gouvernement sortant, Evans Paul, et ses ministres ont boudé cette présentation officielle.

En concertation avec le président provisoire, l’ensemble des secteurs concernés et, particulièrement, le parlement, le premier ministre nommé promet d’apporter des réponses aux préoccupations de la population et d’assurer que « la paix et la stabilité, garantes de son mieux-être, règne ».

Fritz-Alphonse Jean s’engage à mettre en oeuvre « des actions, dans le très court terme, qui, certes, adresseront les urgences, mais seront aussi structurantes, de façon à poser des jalons pour le long terme ».

Il se dit conscient de sa principale mission, qui est de gagner la confiance de tous les acteurs, partie prenante de cette crise politique aiguë.

« Avec le chef de l’État, nous avons une mission courte : mettre tout le monde ensemble, faire participer tout le monde dans la construction de la base, qui provoquera, à plus long terme, le miracle de la renaissance haïtienne ».

Fritz-Alphonse Jean estime urgent de « créer les conditions nécessaires à la réalisation d’élections crédibles, honnêtes et transparentes et, parallèlement, (de) rétablir la stabilité macroéconomique, en procédant au redressement des finances publiques ».

Lors de cette présentation officielle, le président provisoire Jocelerme Privert a souhaité un vote de confiance du parlement à son premier ministre nommé, prochaine étape indispensable dans la formation d’un nouveau gouvernement dit de transition.

Le Groupe des (8) huit candidats à la présidence (G-8), qui conteste les résultats définitfs des élections du 25 octobre 2015, déplore le silence observé, dans les discours officiels du vendredi 26 février 2016, sur la crise électorale et sa solution.

Maintenant, le parlement devrait confirmer l’éligibilité du premier ministre de consensus et l’inviter, accompagné des membres de son gouvernement, à se présenter, par-devant les deux chambres, en séance plénière, afin de recevoir le vote de confiance ou de censure de sa déclaration de politique générale.

Une fois le vote de confiance obtenu, le premier ministre devrait être immédiatement installé dans ses fonctions, a indiqué l’accord du 6 février 2016, conclu entre l’ancien président Joseph Michel Martelly et les présidents des deux chambres du parlement - dont Jocelerme Privert, alors président du sénat. [emb gp apr 29/02/2016 13:10]