Español English French Kwéyol

K-Plum et la scène politique haïtienne

Par Marcel Duret*

Soumis à AlterPresse le 7 décembre 2015

C’était en février 1986, tout de suite après le départ de Jean Claude Duvalier. Un regain de patriotisme, et d’amour du pays embaumaient le cœur d’une grande majorité d’haïtiens. Toute une multitude de groupements, d’associations, etc. ont émergé à travers le pays. Tous chantaient avec joie et en chœur la venue d’un jour nouveau en Haïti.

J’étais membre de je ne sais combien de ces regroupements. Mais l’un en particulier avait retenu mon attention et je garde encore le souvenir d’au moins une rencontre qu’on a eue et ceci grâce à la présence d’un homme : K-Plum. En effet il n’y avait pas longtemps qu’il avait été emprisonné, battu par les militaires et les sbires de Jean Claude. Nous étions tous surpris et fiers qu’il soit là avec nous pour réfléchir ensemble sur les grands défis du moment. Il était notre héros et symbolisait toute une lutte menée pendant des années contre la dictature des Duvalier. Le 8 février 1986, le peuple haïtien s’est réveillé d’un cauchemar et la présence de K-Plum nous rassurait et nous avions tous compris que ce n’était pas un rêve.

C’était un homme d’une grande sérénité qui n’intervenait que pour trancher et de belle manière quand nous nous perdions dans des détails. Il écoutait surtout. Nous avions l’impression qu’il scrutait tout le monde et peut-être qu’il identifiait ceux qui pourraient mener avec lui le prochain grand combat.

29 ans plus tard et ce n’est pas étonnant, K-Plum est devenu Premier Ministre d’un pays en lambeaux, en mal d’être et en passe de connaitre une explosion sociale. Un pays au bord de l’abîme !

Alors en ce moment de grande anxiété pour tous les haïtiens, je me permets d’envoyer ces quelques mots à ce grand homme haïtien que j’ai eu le privilège de rencontrer :

Monchè K-Plum, Msye Premye Minis,

M retire chapo m byen ba pou m salye w. Si rankont sa a te make tout moun ki te prezan akòz de w, w petèt pa kapab sonje jan w te kapte imajinasyon tout moun ki te la. Alòs jodya m ap mande w pou sèvi ak tout entelijans w, tout antrejan w, tout pèspikasite w pou jwenn yon solisyon pou peyi a soti nan malè pandye li ye la.

Ak anpil imilite mwen vle fè sijesyon sila yo :

- Li evidan pou mwen ke KEP sa a dwe demisyone . M pa ka sètifye ke manm KEP la te fè fwòd nan eleksyon 9 out ak 25 oktòb yo, men mwen sèten ke jodya yo pa genyen konfyans pèsonn pou yo ta fè yon lòt eleksyon.

Li klè tou ke fòk gen gwo chanjman ki fèt nan sant tabilasyon an.

- Tout moun ki te enplike nan fwòd dwe peye pou sa :

- Nou dwe mete sou pye yon lòt KEP ak moun gi gen konfyans pèp la.

- Nouvo KEP la dwe fè apèl prese prese a yon komisyon endepandan pou verifye eleksyon 9 out ak 25 oktòb la ;

- Twò prese pa fè jou louvri. An n pran san nou pou n fè yon eleksyon pa epi pou ayisyen. Si 7 fevrye rive Prezidan Matelly a ale epi w va kenbe jis eleksyon yo fèt epi yon lòt prezidan a monte.

Monsieur le Premier Ministre,

Ces propositions ne sont pas nouvelles et soyez certain qu’elles feront l’unanimité à la fois dans les partis politiques et dans la majorité de la population. Je veux croire que « K-Plum » vit encore dans votre âme et conscience et que vous serez à la hauteur pour provoquer les décisions qui s’imposent.

Un homme d’Etat doit être jugé par sa capacité d’anticiper les problèmes et d’agir en conséquence. Frantz Duval a titré son plus récent éditorial : Monsieur le Président, votre heure sonne. J’espère qu’il n’aura pas à dire bientôt : Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, votre heure a sonné.

………………..

*Ancien ambassadeur d’Haiti au Japon