Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Une manifestation anti-gouvernementale pour dénoncer des actes d’intimidation contre la Presse

A côté d’autres revendications

P-au-P, 03 déc. 2015 [AlterPresse] ---- Une manifestation anti-gouvernementale est prévue, ce jeudi 3 décembre 2015, à Port-au-Prince, pour dénoncer des actes d’intimidation perpétrés contre la presse haïtienne, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Cette mobilisation, qui devrait démarrer devant les ruines de l’église (catholique romaine) St Jean Bosco, viserait à faire solidarité avec la Radio Télé Kiskeya, en particulier, et avec la presse, en général, en proie « aux intimidations des forces anti-démocratiques », indiquent les organisateurs.

Les locaux de la station privée Radio Télé Kiskeya ont été la cible de tirs d’armes automatiques, à hauteur de personne, à la Rue Villemenay (quartier au coeur de Port-au-Prince), dans la nuit du lundi 30 novembre au mardi 1er décembre 2015.

La manifestation du 3 décembre 2015, dans les rues de la capitale, a également pour objectif d’exiger le départ de l’équipe (du président Joseph Michel) Martelly / (et du premier ministre Evans) Paul, du Conseil électoral provisoire (Cep), le respect des Conventions internationales par le Core Group, justice et réparation pour les victimes des actes de barbarie perpétrés par la Brigade d’opération et d’intervention départementale (Boid).

Une autre manifestation de l’opposition est annoncée, pour ce samedi 5 décembre 2015 à Port-au-Prince, suivie d’un mot d’ordre de grève générale d’avertissement pour le lundi 7 décembre 2015.

Des nombreux secteurs, dont celui des droits humains, prennent de plus en plus leur distance face au processus électoral controversé, suite à la détérioration du climat politique, constatée depuis la publication, le 24 novembre 2015, des résultats définitifs de la présidentielle du 25 octobre 2015.

Un groupe de huit candidats à la présidence et le parti Fusion des sociaux-démocrates haïtiens continuent de préconiser un gouvernement de transition, en vue d’une sortie de crise.

Des pourparlers sont enclenchés par le pouvoir en place auprès, notamment, d’organisations de la société civile, autour de la question électorale.

Entre-temps, une rencontre a eu lieu, le mercredi 2 décembre 2015, entre le candidat à la présidence du Parti haïtien tèt kale (Phtk), Jovenel Moïse, et le Cep, sur les fraudes électorales, les irrégularités, la question des mandataires, le traitement des procès-verbaux et le fonctionnement de la machine électorale.

Le candidat officiel affirme avoir demandé au Cep d’apporter les corrections nécessaires, avant la date du 27 décembre 2015, retenue pour le déroulement du second tour de la présidentielle. [emb rc apr 03/12/2015 11:50]