Haïti-Choléra : 15 décès et environ 64 personnes infectées à Anse-à-Pitres

Correspondance Pénia Bonicet

Anse-à-Pitres, 20 nov. [AlterPresse] --- 15 décès et plus d’une soixantaine de personnes infectées du choléra sont enregistrés du dimanche 25 octobre au jeudi 19 novembre 2015, sur la frontière d’Anse-à-Pitres (commune avec Pedernales / République Dominicaine), indique à AlterPresse le directeur médical du centre de santé d’Anse-à-Pitres (Sud-Est), Dr. Lamartine Pierre-Fils.

Parmi les 15 cas de décès, enregistrés pendant la flambée du choléra à Anse-à-Pitres, cinq sont institutionnels, alors que les 10 autres sont venus de la communauté, précise-t-il.

La quantité de personnes infectées par l’épidémie de choléra tendrait à augmenter, malgré la présence des organisations internationales de santé à Anse-à-Pitres.

Parmi les personnes infectées, figure une femme enceinte.

Vingt (20) personnes infectées reçoivent des soins au centre de santé d’Anse-à-Pitres où se trouve le Centre de traitement de choléra (Ctc) de la commune, qui reçoit, au moins, un cas par jour.

D’autres sont accueillis au niveau des points de réhydratation orale, mis en place en la circonstance.

Le manque d’eau potable et les mauvaises conditions d’hygiène constituent des problèmes majeurs à Anse-à-Pitres, où les habitants boivent l’eau de la rivière et de puits, et défèquent à même le sol, déplore un natif, Dr. Widner Alexandre.

Il demande aux habitantes et habitants de la commune de respecter les règles d’hygiène, comme laver les fruits et les légumes avant de les consommer, se laver les mains avant le repas et en sortant de la toilette, consommer de l’eau traitée et déféquer dans des latrines.

L’agent exécutif intérimaire d’Anse-à-Pitres, Dr Mikerlange Morland, continue à solliciter l’appui des autorités sanitaires.

L’inflammation du vagin des fillettes, des infections de la peau chez des adultes et de la teigne figurent parmi les maladies courantes, contractées par plusieurs rapatriés, logés à Parc Cadeau, dans la commune d’Anse-à-Pitres.

Des enfants ont attrapé des maladies des yeux et de la malaria au Parc Cadeau, qui n’est pas le seul à connaître ce problème sanitaire.

La même situation prévaut également à Tête-à-l’Eau, localité d’Anse-à-Pitres, où les structures sanitaires sont inexistantes. [pb emb rc apr 20/11/2015 13:00]