Español English French Kwéyol

Haïti-Justice : Plainte contre de haut gradés de la police pour l’assassinat d’une quinzaine de personnes à Cité Soleil

P-au-P, 11 nov. 2015 [AlterPresse] --- Une plainte a été déposée contre le directeur de la Police nationale d’Haïti (Pnh), Godson Orelus, et le directeur départemental de l’Ouest, André Jonas Vladimir Paraison, et consorts, suite à l’éventuel assassinat d’une quinzaine de personnes par des agents de la Brigade d’opération et d’intervention départementale (Boid) à Cité Soleil (banlieue nord), le 16 octobre 2015, apprend AlterPresse.

Le citoyen Almetys Junior Saint- Fleur, ancien député de la 49e législature, frère ainé du jeune Frendy Saint-Fleur, supposément assassiné par les agents de la Boid, a porté plainte, le mercredi 11 novembre 2015 contre Orelus et Paraison.

Le commissaire municipal de Cité Soleil, Joël Casséus, l’agent intérimaire de la Mairie de Cité Soleil, Esaü Beauchard, l’agent de sécurité rapproché du président Michel Martelly, Vladimir Jean- Louis sont aussi concernés par cette plainte.

Au cours des opérations « meurtrières » du 26 septembre et du 2 octobre 2015 les « escadrons de la mort » de la Pnh (Boid) auraient violé les domiciles des citoyens de Cité Soleil, torturé à coups de marteau des adolescents, des femmes et des enfants, arrêté sans mandat plus d’une centaine de jeunes et volé des objets de valeur et une somme d’argent trouvés sur leur passage, rapporte Almetys Junior Saint- Fleur, assisté des avocats Newton Louis St Juste et Ramong Jean-Louis du Barreau de Port-au-Prince.

Le 16 octobre 2015, ces opérations criminelles se sont intensifiées notamment à Wharf Jérémie.

Elles se sont soldées par « plusieurs dizaines » de citoyens assassinés, la plupart tués à bout portant, d’une ou de plusieurs balles à la tête, précise la plaine adressée au commissaire du gouvernement, près le parquet du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Clamé Ocnam Daméus.

Âgé de 28 ans, le jeune Frendy Saint Fleur, petit frère de l’ancien député Almetys Junior Saint Fleur faisait partie d’un groupe de quatre jeunes qui auraient été maîtrisés par les agents de Boid avant d’être tué d’une balle à la tête alors qu’il aurait été identifié à l’aide de son permis de conduire # KK- 90176- AC, selon les témoins.

Dans un document en date du 14 octobre 2015, le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) a dénoncé de multiples violences dont des « traitements cruels, inhumains et dégradants » ainsi que des « actes de vandalisme et de sabotage », perpétrées par des agents de la Boid contre des habitants de l’Arcahaie (nord de la capitale) qui protestaient contre un projet de délimitation territoriale du gouvernement.

Depuis début septembre 2015 jusqu’au 14 octobre, la situation de tension à Arcahaie, émaillée d’actes de violences, a occasionné 4 morts, 8 blessés, plus d’une vingtaine de motocyclettes endommagées ou incendiées et d’immenses dégâts, selon un bilan du Rnddh.

L’opération du 16 octobre 2015 a occasionné des pertes en vie humaine à Cité Soleil, rappelle la plainte citant les propos des porte-paroles de la Pnh, Frantz Lerebours et Gary Desrosiers.

Le premier a fait état de 15 morts au cours d’une conférence de presse le 20 octobre 2015 en milieu de journée, alors que le second a avoué que cette opération a été autorisée par le chef de la police, Godson Orelus, lit-on dans la plainte.

Au moins 5 cadavres, la plupart mutilés et exécutés d’une balle à la tête auraient été identifiés par la presse, poursuit-elle.

« Ces crimes odieux rappelant les affres de la dictature, ne doivent en aucun cas se greffer au lot pléthorique de l’impunité qui s’érige en norme dans notre société, sévissant sans retenue contre la vie, la dignité, l’intégrité et les biens des citoyens », fustige-elle.

Le plaignant demande que l’action publique soit mise en mouvement contre Orelus, Paraison, Casséus, Beauchard et Jean-Louis conformément aux dispositions du code pénal.[emb apr 11/11/2015 14 : 10]