Haïti-Élections : Le Cep tente de rassurer après la démission du conseiller Néhémie Joseph

P-au-P., 5 oct. 2015 [AlterPresse] --- Le Conseil électoral provisoire (Cep) tente de rassurer, quelques jours après la démission du conseiller Néhémie Joseph, le 30 septembre dernier.

Le retrait de Néhémie Joseph, qui arrive à un mauvais moment n’affectera pas le travail du Cep, affirme le trésorier de l’institution électorale, Ricardo Augustin, dans une courte conversation avec AlterPresse.

Le Cep travaillera pour respecter tous les engagements pris afin d’avancer avec le processus électoral, promet-il. Des élections présidentielles, législatives et municipales doivent se tenir le 25 octobre prochain.

Me Néhémie Joseph a remis sa démission au Cep pour manque de confort, indique une lettre en date du 30 septembre 2015.

« Je ne me sens plus confortable pour continuer à travailler au Cep », affirme Néhémie Joseph, soulignant n’avoir plus la certitude de remplir sa mission et de respecter le serment qu’il a prêté.

« Aujourd’hui, j’ai, de plus en plus, la conviction de terminer ma mission en me versant dans l’illégalité », exprime-t-il.

Il souligne des tentatives qu’il a entreprises, en vain, pour amener certains de ses collègues à revenir sur certaines décisions prises par erreur.

« Il est naturel de commettre des erreurs. Mais persévérer dans l’erreur, tout en la reconnaissant comme telle, peut se révéler, à la limite, pathologique », déplore-t-il.

72 heures après la démission du conseiller électoral, plusieurs responsables politiques y voient un « geste patriotique ».

Les responsables de l’Espace de résistance patriotique saluent cette décision et estiment que Néhémie Joseph a répondu à l’appel lancé par les protestataires qui réclamaient la démission des membres du Conseil électoral provisoire (Cep) et l’annulation des élections législatives controversées du 9 août 2015.

Cette démission servira d’inspiration aux autres membres du Cep pour emboîter le pas, souhaitent-ils, en vue de la mise en place d’un « gouvernement de transition ».

Ce « gouvernement » aurait, entre autres, « la mission d’organiser des élections générales dans le pays. [em gp apr 05/10/2015 18 :00]