Español English French Kwéyol

Haïti : L’insécurité routière et la violence armée, deux phénomènes préoccupants, selon la Pohdh et Jilap

P-au-P, 28 sept 2015 [AlterPresse] --- Ces derniers jours, la violence armée et l’insécurité routière se font de plus en plus inquiétantes en Haïti, constatent la Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (Pohdh) et la Commission épiscopale Justice et paix (Jilap).

Ces organisations demandent à l’État de prendre ses responsabilités face à la récurrence de la violence et des accidents meurtriers, même si l’insécurité constitue un problème crucial et difficile à maîtriser en Haïti.

« La population ne peut pas circuler librement dans certaines zones comme Simon, Pelé à Cité Soleil, Delmas 2 et tant d’autres encore. Aucune mise en place n’est effectuée pour permettre à la population de circuler en toute quiétude d’esprit », déplore le coordonnateur national de l’observation à Jilap, Rovelson Apollon, dans une interview à AlterPresse.

Le mercredi 9 septembre 2015, des affrontements entre des bandes rivales dans le quartier de Boston à Cité Soleil (au nord de la capitale) ont fait un mort et plusieurs blessés.

A Drouillard (Cité Soleil), deux agents de la Pnh ont été abattus par des bandits armés dans l’après-midi du lundi 14 septembre 2015.

L’insécurité est aussi liée au contexte sociopolitique actuel où certains candidats aux élections en cours font usage de la violence pour contrecarrer leurs concurrents, analyse Apollon.

L’aspect socio-économique n’est pas à minimiser dans la situation actuelle où il y a beaucoup de gens, dont des jeunes pour la plupart, qui sont sans emplois, souligne-t-il.

Une grande partie de ces jeunes sont utilisés comme instruments à n’importe quelle fin, ajoute-t-il.

Comment comprendre que, dans presque chaque quartier, on retrouve un groupe de gang opérationnel ? Comment comprendre qu’un bandit arrêté soit libéré selon des processus non conformes à la loi ?, s’interroge Rovelson Apollon.

« La police n’a pas un contrôle effectif sur les morgues. Quotidiennement, des gens qui sont tués à l’aide d’armes à feu ou armes blanches sont transportés dans des morgues privées sans être recensés par la police. De plus, la morgue de l’université d’État d’Haïti est dysfonctionnelle », révèle-t-il.

Quid de l’insécurité routière

En plus de la violence armée, l’insécurité routière constitue un autre phénomène préoccupant occasionnant des décès et blessés, selon lui.

Le mauvais états des routes, le manque de formation des chauffeurs qui conduisent en état d’ébriété, sont parmi les causes d’’accidents provoqués dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, estime t-il.

Les modes de transports publics, inappropriés, où des passagers sont empilés comme des sardines portent atteinte à la dignité humaine, dénonce Jilap appelant à une révision du cadre légal de la sécurité routière.

L’insécurité routière en Haïti est vue par le secrétaire général de la Pohdh, Antonal Mortimé, comme une forme de criminalité organisée.

Il juge insuffisant le nombre d’agents dans la police routière, qui sont estimés à 500 pour tout le pays.

Il existe, entre autres, un manque d’infrastructures pour la circulation des poids lourds et de services d’entretien des routes.

La Pohdh condamne la violation d’un ensemble de droits dont ceux liés à l’intégrité physique, à la circulation, à la réparation, lors d’accidents de la route.

Les victimes et leurs familles sont souvent livrées à elles-mêmes et subissent une indifférence totale de la part des autorités étatiques concernées, critique-t-elle.

L’organisation de défense des droits humains propose la reprise de l’inspection régulière des véhicules et l’inspection routière, de manière méticuleuse, en vue de remédier aux problèmes de l’insécurité routière.

Elle appelle à un meilleur contrôle du service de permis de conduire, à l’éducation des passagers et des sanctions pour les policiers et chauffeurs en contravention avec la loi.

En milieu de journée du jeudi 24 septembre 2015, trois décès dont celui d’un enfant et dix blessées ont été recensés dans un accident de la circulation, survenu à Canapé Vert (secteur est de la capitale).

Dans la soirée du mardi 22 septembre, 8 morts et 3 blessés ont été enregistrés dans un accident de la circulation, qui s’est produit à Morne Pilboro (nord du pays). [nj emb gp apr 28/09/2015 11 : 30]