Español English French Kwéyol

Haïti-Elections : L’expert indépendant des Nations unies en droits humains appelle à corriger les erreurs enregistrées dans le processus

P-au-P, 16 sept. 2015 [AlterPresse] --- L’expert indépendant de l’Organisation des Nations unies (Onu) sur la situation des droits humains, le Colombien Gustavo Gallón Giraldo, demande au Conseil électoral provisoire (Cep) de corriger les erreurs enregistrées dans le processus électoral, au terme de sa visite dans le pays, ce mardi 15 septembre 2015.

Lors d’une conférence de presse, l’expert indépendant a évoqué des erreurs, liées à des actes de violences, de tentatives d’assassinat et de fraudes électorales, lors du déroulement du scrutin législatif controversé du 9 août 2015.

Il relate avoir obtenu des rapports sur les erreurs, liées au déroulement du processus électoral, notamment en ce qui concerne l’éjection, le 19 juin 2015, pour question de décharge, du candidat à la présidence de la plateforme Vérité, Jacky Lumarque, de la course présidentielle.

L’expert indépendant de l’Onu sur les droits humains suggère au Cep de rendre public l’argument, sur lequel il se base pour exclure le candidat de Vérité du processus électoral, ou bien d’inscrire son nom dans la liste des candidates et candidats à la présidence.

C’est une solution conforme au droit de vote, puisque le droit à la démocratie et à la paix sont en jeu, affirme-t-il.

Gustavo Gallón Giraldo exhorte les autorités nationales et la coopération internationale à prendre des mesures urgentes, sur des situations extrêmement graves, en matière de droits humains.

L’expert indépendant de l’Onu sur la situation des droits humains était en Haïti, du 6 au 15 septembre 2015, afin d’évaluer la situation des droits humains.

Le séjour de Gallón dans le pays est marqué par un contexte de contestations du scrutin du 9 août 2015 et de manifestations intensives, réclamant le départ du président du Cep, Pierre-Louis Opont.

Nommé, en juin 2013, par le Conseil des droits humains de l’Onu, comme expert Indépendant sur la situation des droits humains en Haïti, le Colombien Gustavo Gallón Giraldo a succédé au Français Michel Forst, qui a démissionné en mars 2013, un an avant la fin de son mandat, débuté en 2008. [sj emb rc apr 16/09/2015 1:40]