Español English French Kwéyol

Haïti-Insécurité : Un mort dans des affrontements armés, le 9 septembre 2015, à Cité Soleil

P-au-P, 10 sept. 2015 [AlterPresse] --- Une situation de tension règne, depuis plusieurs jours, dans la commune de Cité Soleil (au nord de la capitale), suite à des affrontements entre des bandes rivales (de gangs) armées, selon les informations recueillies par AlterPresse.

Un mort non identifié : tel est, à présent, le bilan des affrontements armés, qui ont éclaté, le mercredi 9 septembre 2015, dans le quartier de Boston, indique à AlterPresse le porte-parole adjoint de la Police nationale d’Haïti (Pnh), Gary Desrosiers.

La police se garde, pour le moment, de procéder à des interventions musclées, dans les zones tendues, pour ne pas faire de victimes dans la population civile, informe Desrosiers, insistant sur la « technicité » à prendre en compte dans le cadre des opérations policières.

« Ces affrontements sont provoqués par des chefs de quartiers, inter-quartiers ,qui se font justice entre eux », explique Desrosiers, profiteant pour appeler la population à identifier et à dénoncer les présumés bandits qui sèment la terreur à Cité Soleil.

Dans la matinée du jeudi 10 septembre 2015, des tirs nourris ont été entendus dans les quartiers de Boston, Brooklyn, Boulevard des Amériques et Ti jaden, révèle la Pnh.

Le quartier Ti jaden est soumis au contrôle d’un chef de gang, appelé Ti oungan, vivement recherché par la police. Ti oungan aurait succédé au nommé « Te quiero », ainsi connu, un autre chef de gang tué, en juin 2015, lors d’affrontements avec les forces de l’ordre. .


AudioNow

La Commission épiscopale Justice et paix (Jilap) de l’église catholique romaine se dit préoccupée par rapport à la situation sécuritaire du pays.

Des cas d’insécurité sont recensés, presque chaque jour, à travers les différents quartiers de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, notamment à Cité Soleil.

« Le niveau d’insécurité est intenable dans le pays, parce que l’Etat ne manifeste aucune volonté politique pour résoudre ce problème dans les quartiers populaires de la zone métropolitaine, où les gangs sont toujours très actifs », critique le coordonnateur national de l’observation à Jilap, Rovelson Apollon, dans un entretien à AlterPresse.

Jilap condamne cette situation d’insécurité, qui porte atteinte aux droits des personnes fréquentant ces zones, aujourd’hui en proie à des conflits armés entre des gangs rivaux.

Ces affrontements occasionnent souvent de nombreuses victimes dans la population civile.

Plus de 30 morts ont été enregistrés dans les quartiers de Simon et Peléi (dans l’agglomération de Cité Soleil), relève Jilap, soulignant combien « la population ne peut pas vaquer librement à ses activités ».

« L’État abandonne ces quartiers à leur propre sort. Les bandits de Cité Soleil veulent contrôler des zones, dites stratégiques, pour mener leurs opérations malhonnêtes », fustige Jilap.

Le samedi 5 septembre2015, trois morts en putréfaction ont été retrouvés dans la zone de Batimat, à l’angle de la route nationale # 1, confirme à AlterPresse le commissaire de Cité Soleil, Joël Casséus.

Ces cadavres, dont les identités n’ont pas été révélées, auraient été transportés dans la zone..[bd emb rc apr 10/09/2015 11:30]