Dépêches

Migration : Les ressortissants d’Haïti aux abois au Brésil


jeudi 10 septembre 2015

P-au-P, 09 sept. 2015 [Alter Presse] --- La situation des migrantes et migrants haïtiens tend à se détériorer au Brésil, ces derniers temps, alerte le Groupe d’appui aux rapatriés et refugies (Garr), dans une note en date du 9 septembre 2015, transmise à AlterPressse.

Ils font face à de sérieuses difficultés au niveau de l’accès à un emploi, des infrastructures d’accueil et sanitaires, rapporte la plateforme Garr, soulignant combien la capacité d’accueil des centres d’hébergement - se trouvant, en grande partie, dans la capitale brésilienne Brasilia - devient insuffisante face à l’augmentation du nombre de migrantes et migrants.

Ces derniers font face à de nombreuses difficultés sur le marché du travail. Certains d’entre eux, qui arrivent à être embauchés, sont sous-payés.

Un Haïtien a été tué et cinq autres ont été blessés par balles, en août 2015, dans une attaque, orchestrée par des Brésiliens qui seraient hostiles à leur présence à São Paulo (Brésil).

Les migrants haïtiens sont victimes au Brésil de violations de droits humains, avait dénoncé Fredo Baccourt, un Haïtien membre de l’Union socialiste des immigrés haïtiens au Brésil, lors d’une audience publique qui a eu lieu à Brasilia en août 2015 avec le Comité de la chambre des affaires étrangères.

Plaidant en faveur de la mise en place d’une stratégie visant à freiner la migration clandestine au Brésil, le sénateur brésilien Jorge Viana, présent à cette même audience, a reconnu qu’il ne s’agit pas d’une migration spontanée, mais, de préférence, d’une migration organisée et contrôlée par des passeurs.

Le voyage, pour se rendre au Brésil, coûterait plus de 1, 500.00 dollars américains (US $ 1.00 = 52.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui) au total, à chaque migrant haïtien, selon la note du Garr, qui appelle le gouvernement haïtien à mettre en place de vrais programmes sociaux et économiques, susceptibles d’encourager la population haïtienne à rester chez elle, au lieu d’aller chercher un mieux- être à l’étranger.

Le nombre de ressortissants haïtiens à s’installer au Brésil, depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010, a doublé, passant de 35,000 à environ 70,000, selon les chiffres officiels. [nj emb rc apr 09/09/2015 15:30]