Haïti-Eau potable et assainissement : La Dinepa dresse un état des lieux du secteur pour son prochain plan stratégique

P-au-P, 17 août 2015 [AlterPresse] --- La Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (Dinepa) en Haïti est en train de préparer son plan stratégique 2016-2020, dans un contexte de multiples défis, la république caribéenne luttant encore contre une épidémie de choléra, apparue en octobre 2010, apprend AlterPresse.

Le tarissement des sources, en raison de la dégradation de l’environnement et de la multiplication de constructions anarchiques aux abords des aires de captage, constitue l’un de ces défis.

De plus, 19 % de la population en Haïti pratique encore la défécation à l’air libre, selon un rapport intitulé « le progrès de l’assainissement et l’eau potable », publié par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) et l’Organisation panaméricaine de la santé (Ops) en 2015.

Dans la perspective d’élaborer son prochain plan stratégique, l’institution publique a tenu, à Pétionville, le vendredi 14 août 2015, des échanges autour d’un état des lieux du secteur « eau potable, assainissement et hygiène » dans le pays.

En plus de contribuer au plan, cet atelier doit offrir des aspects institutionnels relatifs à la Dinepa, en tant qu’agence gouvernementale chargée du développement, de la régulation et du contrôle du secteur, selon la coordonnatrice générale Régina Charles.

« C’est un grand pas pour le secteur nous ouvrant la voie à des avancées significatives au bénéfice de la population », applaudit-elle.

« Cette étude, visant à réaliser une analyse rigoureuse de la situation du secteur, va nous permettre de bien cerner les obstacles, qui entravent l’accès aux services d’approvisionnement en eau potable, assainissement et hygiène, et de disposer de recommandations pertinentes pour des solutions durables », souligne Charles.

Cet exercice, qui favorise du même coup le dialogue sectoriel, si nécessaire, pour une consolidation des acquis de la réforme initiée en 2009, devrait se perpétuer.

Cet atelier représente « un outil important pour le secteur. Son utilisation va augmenter l’efficacité de la prévention dans le domaine de l’eau potable, assainissement et hygiène », considère, pour sa part, le chef de pôle « survie et développement de l’enfant » à l’Unicef-Haïti, Lieven Desomer.

Le secteur « eau potable, assainissement et hygiène » joue un rôle extrêmement important dans l’amélioration de la santé de l’enfant et de la population en général.

L’état des lieux permettra, en outre, de disposer d’un document de plaidoyer pour la mobilisation de fonds pour atteindre les résultats escomptés, fait valoir l’Unicef-Haïti.

Fruit d’un premier travail, réalisé en amont, au niveau départemental, avec de nombreux acteurs incluant, notamment, les structures déconcentrées pour les milieux urbains et ruraux, cet atelier a réuni des représentants du ministère haïtien des travaux publics, transports et communications, de l’Unicef, de la Banque Mondiale et des organisations non gouvernementales (Ong). [emb kft rc apr 17/08/2015 9:30]