Haïti-Élections : L’Oea déplore les violences et attend les rapports des autorités haïtiennes

P-au-P, 11 août 2015 [AlterPresse] --- La Mission d’observation électorale de l’Organisation des États américains (Moe-Oea) entend porter une attention « particulière » aux rapports des autorités concernant les violences enregistrées, au cours du premier tour des législatives du dimanche 9 août 2015.

La Moe-Oea dit déplorer le recours à la violence durant le scrutin de dimanche, lors d’une conférence de presse, le 10 août 2015, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

« Il est important de souligner que ces actions ne se sont pas généralisées et que cela n’a pas affecté l’ensemble du processus, puisque la majorité des bureaux de vote ont pu compléter leurs opérations », estime le chef de la Moe-Oea, l’ambassadeur costaricien Enrique Castillo.

La mission de l’Oea offre des observations préliminaires plutôt positives, mais reconnaît qu’un nombre significatif de bureaux de vote ont ouvert en retard.

Il y a eu aussi « une certaine confusion relative à la procédure de vote, tout particulièrement dans le cas de l’élection sénatoriale. Ce problème aurait pu être évité par l’affichage d’instructions visibles dans tous les bureaux de vote ».

Toutefois, le Cep a fait les efforts importants pour que la plupart des électrices et électeurs affectés puissent tout de même voter, ajoute la Moe-Oea.

« Dans plusieurs cas, les espaces, sélectionnés pour accueillir les électeurs et le personnel électoral, étaient insuffisants ou posaient un risque pour la santé des travailleurs et l’intégrité du matériel électoral », indiquent les rapports provenant des observateurs de l’Oea sur le terrain.

La Moe-Oea n’est pas encore en mesure de donner un chiffre sur la participation des électrices et électeurs au scrutin du 9 août 2015 .

Néanmoins, « on peut prédire que les chiffres montreront une basse participation. Le vote en Haïti n’est pas une obligation, c’est un facteur important. C’est un choix pour le citoyen. C’est un droit, mais ce n’est pas une obligation. C’est dans ce contexte qu’il faut placer certains chiffres qui sortiront sur les élections », affirme Enrique Castillo.

La mission, qui a déjà les yeux rivés sur le processus de dépouillement, assurera une présence continue, 24 heures sur 24, jusqu’à la fin de la tabulation des voix exprimées.

« Lorsque le processus électoral sera terminé, la mission présentera au Conseil permanent de l’Oea un rapport contenant des observations et des recommandations, destinées à apporter une contribution au système électoral haïtien », annonce le chef de la mission d’observation, Enrique Castillo.

En attendant, dans la perspective du scrutin du 25 octobre 2015, la Moe-Oea préconise de mettre en place une campagne publique d’éducation civique.

La Mission de l’Oea était composée de 28 professionnels, originaires de 12 pays.

Lors du scrutin du dimanche 9 août 2015, les observatrices et observateurs de l’Oea ont assuré une présence dans 171 centres de vote, répartis dans tous les départements du pays.

La délégation officielle de l’Oea était composée du Mexicain Gerardo de Icaza Hernandez, directeur du département de la coopération électorale et de l’observation des élections, de Cristobal Dupouy, chef adjoint de la mission, du Mexicain Francisco Guerrero, secrétaire des affaires politiques, et du Québécois Frédéric Bolduc, Représentant spécial du secrétaire général de l’Oea. [jep kft rc apr 11/08/2015 11:02]