Haïti-Elections : Début de la phase de dépouillement sur fond de suspicion

P-au-P, 09 août 2015 [AlterPresse] --- La phase de dépouillement a débuté, après 4:00 pm locales (20:00 gmt), ce dimanche 9 août 2015, dans divers départements du pays, dans un contexte de suspicion, selon des informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Le scrutin du dimanche 9 août 2015 a été émaillé d’actes de violences et d’irrégularités dans plusieurs départements en Haïti.

Des dépouillements seraient effectués, au terme de la journée électorale, en l’absence de plusieurs mandataires et observateurs, suite à des tensions ayant éclaté à Oriani, une localité située à Fonds-Verrettes (Ouest).

De plus, des fraudes, comme le remplissage d’urnes, ont été signalées dans plusieurs bureaux de vote, installés dans un complexe administratif situé au centre-ville de Fond-Verrettes.

Des électrices et électeurs auraient voté plusieurs fois, dans certains centres de vote à Fond-Verrettes, selon des informations parvenues à AlterPresse.

Fonds Verrettes accueillait quatre centres de vote situés à Oriani (11 bureaux de vote), Gros Cheval (12 bureaux de vote), Forêts des Pins (14 bureaux de vote) et au centre-ville (21 bureaux de vote).

A Belladère (Plateau central), des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh) ont dû recourir à l’usage de gaz lacrymogènes, pour disperser des partisans de candidats qui voulaient s’accaparer les urnes dans des bureaux de vote du quartier de Baptiste.

Les élections seraient annulées à Savanette (Plateau central) à cause des troubles, apprend-on.

A Anse-à-Pitres, frontière commune avec Pedernales (République Dominicaine), une vive tension a régné, suite à une altercation entre des partisans de la plateforme du Parti haïtien tèt kale (Phtk) et de la plateforme Vérité.

Trois partisans de Phtk ont été admis anormalement, comme membres, à un bureau de vote à l’école nationale d’Anse-à-Pitres, alors qu’un seul devrait y être admis.

Au Cap-Haïtien (deuxième ville du pays à 248 km au nord de Port-au-Prince), à Matador, une personne serait morte dans des affrontements qui auraient impliqué des partisans de Phtk.

Des perturbations, notamment à Cité Lescot (agglomération populaire au Cap-Haïtien) ont entraîné la fermeture de plusieurs centres de vote, où des boites d’urnes et des bulletins jonchaient à même le sol dans plusieurs bureaux.

Faute de bulletins de vote dans plusieurs bureaux, à cause de l’absence de leurs noms sur des listes disponibles de bureaux de vote (où ils étaient préalablement assignés), plusiurs électrices et électeurs n’ont pas pu exercer leur doit de vote. [emb kft rc apr 08/09/2015 17:45]