Perspectives

23 juillet 1987-23 juillet 2015

Haïti : Des activités pour marquer le 28e anniversaire du massacre des paysans de Jean-Rabel


vendredi 17 juillet 2015

P-au-P, 16 juillet 2015 [AlterPresse] --- L’organisation Tèt Kole Ti Peyizan (Union des petits paysans) annonce des activités pour commémorer le 23 juillet, date marquant les 28 ans du massacre des paysans à Jean Rabel (Nord-Ouest), lors d’une conférence de presse donnée ce jeudi 16 juillet 2015.

À l’occasion des 28 ans du massacre de Jean Rabel, Tèt Kole Ti Peyizan continue d’exiger justice pour les familles victimes et de meilleures conditions de vie pour les paysans et paysannes de la zone.

Environ 139 paysannes et paysans ont été massacrés par des militaires, des anciens membres de la milice des Duvalier et des grands propriétaires terriens, le 23 juillet 1987, selon des chiffres officiels.

Des responsables de cette atrocité restent impunis jusqu’à date.

Des activités débutées depuis le 15 juillet 2012 se poursuivront par des séances de formation autour des thèmes liés à la « réforme agraire intégrale », la souveraineté alimentaire et la décentralisation, les mardi 21 et mercredi 22 juillet.

Une caravane partira de la troisième section d’Aubert, localité située à quelque 3 kilomètres de l’entrée de Port-de-Paix, principale ville du Nord-ouest, pour prendre fin à Bassin Bleu (dans l’arrondissement de Port-de-Paix), le 22 juillet.

Le jeudi 23 juillet, une manifestation devrait démarrer à Aubert pour aboutir à la commune de Port-de-Paix dans l’objectif d’exiger la construction d’un barrage pour canaliser l’eau des Trois-rivières.

Le barrage permettrait de renforcer l’agriculture et de faire face au problème de la faim dans le Nord-Ouest, fait valoir le coordonnateur de Tèt Kole Ti Peyizan, Rosnel Jean-Baptiste, qui critique l’absence de dispositions gouvernementales pour combattre la sécheresse dans le pays.

Sur le dossier de la justice, la direction de Tèt kole déplore que, jusqu’à présent, les responsables du massacre restent impunis.

Ce grand massacre perpétré sur les paysans a été appuyé par les Etats-Unis d’Amérique dans la perspective d’éteindre la flamme de la résistance de ces couches populaires contre le plan néolibéral américain, soutient Jean-Baptiste.

Ce plan, selon lui, visait la destruction de l’économie nationale en permettant aux importations d’envahir le marché haitien dans la logique d’exploiter et de dominer le pays.

Ce même plan se poursuit par l’accélération du processus de pillage des richesses naturelles comme les terres et les mines du pays, fustige t-il.

Jean Rabel était plus productif dans le passé, signale Jean-Baptiste, qui critique les actions inefficaces des dizaines d’Organisations non gouvernementales (Ongs) dans le département du Nord-Ouest auprès de la population.

Le président Michel Joseph Martelly n’a rien fait durant ses cinq ans au pouvoir pour rendre justice aux victimes du massacre de Jean Rabel et créer de meilleures conditions socio-économiques en faveur des paysans et paysannes qui continuent de réclamer une gestion rationnelle de la terre et de l’eau, ajoute l’organisation paysanne.

Jean-Baptiste met en garde contre toute éventuelle campagne électorale de Martelly dans le département du Nord-Ouest au mépris de la mémoire des victimes de Jean Rabel.

En présence notamment du chef de l’État, le Parti haïtien Tèt Kale (Phtk) a officiellement lancé, le mercredi 8 juillet 2015, la campagne électorale pour les législatives et sénatoriales par une caravane au Cap­ Haïtien (Nord). [emb kft gp apr 16/07/2015 14 : 40]