Haïti-Elections : Le projet politique des femmes au cœur d’un débat

P-au-P, 15 avril 2015 [AlterPresse] --- La Solidarité des femmes haïtiennes (Sofa) et Kay Fanm, ont organisé, le vendredi 10 avril 2015, une table ronde sur les élections et les droits des femmes, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

Cette initiative s’inscrit dans la perspective d’encourager la participation des femmes dans le processus électoral, enclenché depuis tantôt 1 mois (mars 2015).

Des dizaines de personnes ont pris part à ce débat, dont des membres de la Sofa venant de plusieurs départements du pays, des étudiantes et étudiants, des représentantes et représentants de plusieurs organisations.

Deux grand points ont été abordés : les grandes lignes du projet politique des femmes et aussi le rôle des systèmes judicaires et de l’état civil dans le processus électoral.

« La Sofa discute, avec les responsables des structures politiques, de la possibilité de créer des mécanismes, pouvant permettre aux femmes de rester dans le système éducatif, même si elles tombent enceintes ou même si elles ont déjà des enfants », informe la coordonnatrice de Sofa, Marie Frantz Joachim.

Sofa et Kay Fanm luttent aussi pour le respect d’un quota de 30% de femmes, par les partis politiques et le Conseil électoral provisoire (Cep) - dans les prochains scrutins en Haïti.

Pour la représentante de Kay Fanm, Danièle Magloire, les candidates et candidats aux postes parlementaires (députés, sénateurs) doivent avoir un profil acceptable, en regard des attentes féministes et des lois les plus prioritaires devant faire partie de l’agenda législatif de la cinquantième législature.

De son côté, l’ancien conseiller électoral Rosemond Pradel a expliqué le mode d’organisation des mécanismes d’élections.

Membre du parti la Fusion des sociaux démocrates, engagé dans les élections, Pradel plaide en faveur d’urnes électroniques (suivant le modèle brésilien), qui, pour lui, seraient beaucoup plus fiables.

Un président, 20 sénateurs, 119 députés et des centaines d’élus locaux doivent être installés, à l’issue des compétitions électorales prévues pour l’année 2015 en Haïti. [apr 15/04/2015 1:00]