Español English French Kwéyol

Haïti-Société : Le premier ministre Evans Paul réitère la promesse d’électricité 24/24 aux communes de Fort-Liberté et Ouanaminthe

Correspondance Jéthro-Claudel Pierre Jeanty

Ouanaminthe, 23 mars 2015 [AlterPresse] --- Le premier ministre Evans Paul réitère la promesse gouvernementale d’électricité 24 heures par jour dans les communes de Fort-Liberté et Ouanaminthe (Nord-est), respectivement chef-lieu et plus grand pôle commercial du département du Nord-Est.

Il s’est adressé aux habitants de la région lors de son passage à Fort-Liberté pour la célébration de la fête patronale de cette ville, le jeudi 19 mars 2015. Cette fois, le délai est pour la fête de Pâques, soi avant le dimanche 05 avril 2015.

« Aujourd’hui c’est un contrat que nous passons. Ma responsabilité c’est de vous fournir du courant, la vôtre c’est de payer pour le service », a déclaré Evans Paul.

Une promesse qui a suscité une vague d’applaudissements de la part des pèlerins présents à la messe d’action de grâce à la cathédrale de Fort-Liberté, présidée par l’évêque Kenel Alphonse.

Le premier ministre a qualifié d’anormal le fait que les enfants et les jeunes soient obligés d’utiliser des lampes à gaz artisanales (bobèches) pour étudier, à cause d’un service électrique au rabais.

Evans Paul a comparé le niveau de sous-développement de la ville frontalière de Ouanaminthe (du côté de la République d’Haïti) avec les remarquables progrès de la ville de Dajabón (du côté de la République Dominicaine). « Nous manquons de fierté quand nous regardons la porte d’entrée du pays, Ouanaminthe. Le voisin ne nous respectera pas si nous restons ainsi », a-t-il déclaré.

Le sénateur du Nord-Est, Jean-Batiste Bien-Aimé, opposant au gouvernement et sceptique vis-à-vis de la promesse du premier ministre, a fait savoir que cette intervention sur le dossier d’électrification des communes de Fort-Liberté et Ouanaminthe a été faite sous son insistance et celle de l’évêque Alphonse.

Dans ce dossier, le sénateur Bien-Aimé qui voulait depuis quelque temps se faire passer comme avant-gardiste pour le raccordement au réseau électrique alimentant le parc industriel de Caracol, a toutefois commencé à lâcher prise.

"En tant que nationaliste, je préférerais 18 heures d’électricité par jour via le réseau de l’EDH au lieu de 24 heures via la compagnie américaine NRECA" qui dessert le parc industriel, a déclaré le sénateur.

Le chef du gouvernement a souligné que les négociations sont difficiles avec cette compagnie et l’agence d’aide du gouvernement américain USAID. Les deux options sont toujours sur la table [connexion au réseau de Caracol ou renforcement de l’Électricité d’Haiti (EDH)], laisse croire le premier ministre.

Les autorités du gouvernement avaient promis de brancher les deux communes, dès le 4 mars dernier, sur le réseau du parc industriel.

Depuis plusieurs jours, l’EDH a recommencé à fournir 6 heures de courant par jour. [jcpj kft gp apr 23/03/2015 9 :20]