Developpement durable : Une semaine consacrée à la problématique de l’eau en Haïti

P-au-P, 24 mars 2015 [AlterPresse] --- La Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (Dinepa), ainsi que plusieurs partenaires dont la Banque interaméricaine de développement (Bid) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) consacrent une semaine, du vendredi 20 au vendredi 27 mars 2015, à la problématique de l’eau en Haïti, observe AlterPresse.

C’est ce qui a été annoncé par les Nations Unies à l’occasion de la journée mondiale de l’eau le 22 mars par les Nations Unies.

Avec cette semaine autour de l’eau, l’Etat haïtien et ses partenaires espèrent attirer l’attention sur le rôle de cet élément au sein de la société, son importance dans toutes les sphères de la vie et le rôle clef que joue l’accès à l’eau propre dans la survie et le développement de l’enfant, soutient l’Unicef.

Le thème global retenu pour cette année est « Eau et développement durable ». Il permettra de mettre l’emphase sur le caractère fragile de la ressource et la nécessité d’entamer des actions pour assurer une utilisation qui soit au bénéfice des générations futures.

Selon l’Unicef, cette activité doit permettre d’inciter les réflexions et les échanges entre les acteurs du système sur la nécessité d’initier de nouvelles actions pour garantir la durabilité de la ressource ainsi que celle des services à l’eau.

Marc Vincent, le représentant de l’Unicef en Haïti affirme qu’augmenter la sensibilisation est un élément clef si nous voulons un changement de comportement.

Aussi « faudra-t-il enseigner les grandes techniques de traitement de l’eau, favoriser les échanges entre les acteurs du système pour accélérer le meilleur accès à l’eau », précise Marc Vincent de l’Unicef.

« La Dinepa travaille afin de rendre l’eau disponible en quantité et en qualité », assure pour sa part le directeur de la Dinepa, Benito Dumay.

Il appelle en même temps à ne pas négliger de traiter l’eau en raison du fait qu’elle est recueillie dans des ustensiles pas toujours exempts de microbes.

« Durant cette semaine de l’eau, la Dinepa projette de rencontrer tous les fournisseurs d’eau par camion, pour réfléchir ensemble sur la qualité de l’eau. D’abord, ils exploitent la nappe phréatique, il faut regarder de quelle manière s’effectue ce travail pour que la consommation de cette eau soit de qualité », soutient le directeur de la Dinepa.

Selon les dernières données de l’enquête sur la mortalité, morbidité et l’utilisation des services (EMMUS V), le taux de couverture en eau potable est de 54 %. Mais cette donnée n’indique pas le niveau de la qualité des services qui est généralement très bas.

Par ailleurs, seulement 8% de la population s’alimente en eau de boisson à une source disponible sur place, 56 % de la population a besoin de plus de 30 minutes pour se procurer de l’eau, signale l’Unicef.

Selon « L’eau, source de vie », une brochure publiée par les Nations Unies, il faut quelque 3 mille litres d’eau pour produire notre alimentation quotidienne, soit environ mille fois la quantité qu’il nous faut boire.

D’ici 2025, on estime que 3, 4 milliards de personnes vivront dans un pays affecté par une pénurie d’eau.

En plus du choléra, apparu en 2010, Haïti doit gérer l’enjeu de la sécheresse qui perdure depuis un an, affectant les cultures et le quotidien des familles dans certaines zones du pays. [jep kft gp apr 20/03/2015 15:30]