Dépêches

Haïti-Justice : Woodly Etheart « Sonson La Familia » renvoyé devant le tribunal criminel pour enlèvement et sequestration


jeudi 19 mars 2015

P-au-P, 18 mars 2015 [AlterPresse] --- L’ordonnance du juge d’instruction au tribunal de première instance de Port-au-Prince, Sonel Jean-François, en date du 5 mars 2015 renvoie Woodly Ethéart dit Sonson La Familia et Renel Nelfort alias Renel Le Récif par devant le tribunal criminel sous plusieurs chefs d’accusation dont enlèvement et séquestration de personnes.

« Auteurs intellectuels des faits d’enlèvement et de séquestration contre rançon, trafic illicite de stupéfiants, blanchiment des avoirs, assassinat et association de malfaiteurs » sont les chefs d’accusations retenus contre Ethéart et Nelfort, suivant l’ordonnance consultée par AlterPresse.

Le réquisitoire définitif du 23 février 2015 du commissaire du gouvernement par le biais du substitut Jean Roby Dimanche avait pourtant sollicité un non-lieu en faveur de Woodly Etheart et Renel Nelfort.

12 autres individus dont Alain Cerelus alias Commandant Jeff Dupiton devront se présenter au tribunal criminel sans assistance de jury sous les chefs d’accusation de « détention illégale d’armes à feu, faux et usage de faux, usurpation de titre, vols de véhicules »– en plus de ceux retenus contre Etheart et Nelfort.

7 parmi les 14 inculpés sont en cavale dont Eddy Felix et Bellance Benoit accusés d’être impliqués dans l’assassinat de l’inspecteur de Police Yves Michel Bellefleur le 9 novembre 2012.

L’épouse de Sonson La Familia, Marie Taissa Mazile Ethéart, considérée en cavale dès la deuxième page de l’ordonnance a été renvoyée hors des liens de l’inculpation de blanchiment des avoirs.

« Un non-lieu sera prononcé en sa faveur sur ce chef » précise l’ordonnance de 30 pages à sa page 24.

Ethéart a été arrêté le 8 mai 2014. Il s’est présenté volontairement au cabinet du juge Jean-François en compagnie de deux de ses avocats, parmi eux l’ancien commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Claudy Gassant.

Depuis le début de l’année 2014, l’affaire Woodly Ethéart n’a pas cessé de susciter des remous, surtout en raison des liens présumés qu’il entretiendrait avec le président Michel Martelly.

Les organisations de droits humains dont le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) ont indexé Ethéart comme le numéro 1 du « Gang Galil », spécialisé dans des crimes comme le kidnapping.

Ethéart a eu la réputation d’être un protégé de l’administration politique du président Michel Martelly.

Selon ses déclarations contenues dans l’ordonnance du juge Sonel Jean-François, a occupé le poste de chargé de mission au ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales. [apr 18/03/2015 18 :00]