Haïti-Politique : Faire la grève est un droit tout comme l’inverse, réagit le gouvernement

P-au-P, 4 mars 2015 [AlterPresse] --- Le gouvernement a réagi à l’annonce des deux journées de grève d’une partie de l’opposition et promet à la population des véhicules de transport gratuit, lors d’une conférence de presse le 3 mars à la Primature.

« Bay lari a blanch, pa di way » (désertez la rue, gardez silence) : tel est le mot d’ordre retenu pour les deux journées de grève par l’opposition pour une baisse des produits pétroliers.

« Tout le monde peut faire une grève ou une manifestation. Mais il faut que les règles du jeu soient respectées. Cela signifie que si moi, je ne veux pas observer cette journée de grève, vous ne pouvez pas me forcer, me menacer, exercer de la violence contre moi, pour m’empêcher de vaquer librement à mes activités », a déclaré le ministre de la communication, Rotchild François Junior.

Le ministre a fait savoir que des bus de la compagnie publique Dignité seront dans les rues pour assurer le transport de ceux et celles qui voudront vaquer à leurs occupations.

En plus des deux journées de grève, la Table de concertation de l’opposition haïtienne projette deux journées de manifestation contre l’équipe au pouvoir, les jeudi 5 et samedi 7 mars 2015.

Ces manifestations devraient démarrer devant les ruines de l’église (catholique romaine) Saint-Jean Bosco au centre-ville de Port-au-Prince.

En plus d’exiger le départ du président Martelly, ces mobilisations visent aussi à réclamer une baisse des prix des produits pétroliers et dénoncer les violences exercées par le pouvoir sur des étudiants, notamment Chedler Guilloux, bastonné puis emprisonné depuis le 23 février 2015 sans pouvoir être jugé.

Chedler Guilloux est accusé d’avoir incendié un bus de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Csc/Ca).

Cette accusation a été tout de suite contestée par ses camarades étudiants, impliqués dans la lutte pour une baisse substantielle des prix des produits pétroliers.

Concernant la baisse des prix des produits pétroliers, le ministre François a réitéré la position du gouvernement : une diminution à 100 gourdes des prix des produits pétroliers, comme le réclame l’opposition, est impossible. [apr 4/03/2015 10 :45]