Español English French Kwéyol

Haïti-Éducation : Les syndicats d’enseignants exigent des délais pertinents, avant toute trêve

P-au-P, 29 janv. 2015 [AlterPresse] --- Les syndicats d’enseignants souhaitent des délais clairs sur l’application des promesses (faites en 2014), avant toute trève dans leur mouvement de cessation de travail dans les écoles publiques, en guise de réponse à la demande du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), selon ce qui ressort d’une conférence de presse donnée le mercredi 28 janvier 2015.

Ces syndicats d’enseignants sont en grève, depuis le début du mois de janvier 2015, pour réclamer de meilleures conditions de travail et une révision à la hausse de la grille salariale.

« Les enseignants sont d’accord pour une trêve conditionnée et limitée », déclare le coordonnateur de l’Union nationale des normaliens haïtiens (Unnoh), Josué Mérilien.

L’Unnoh affirme rapporter la position des membres des syndicats d’enseignants, concernés par la grève.

Lors d’une rencontre avec la presse le lundi 27 janvier 2015, le titulaire du Menfp, Nesmy Manigat, a réitéré des promesses, comme la régularisation des éducateurs qualifiés mais non nommés, à raison de 500 par mois, la quête d’un fonds de 4,5 milliards de gourdes (US $ 1.00 = 48.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes aujourd’hui) pour résoudre les problèmes d’arriérés de traitements, à côté d’autres engagements (avantages sociaux et autres).

La disponibilité d’une carte d’assurance et d’une carte d’avantages aux enseignantes et enseignants fait également partie des actions, envisagées par le ministère de l’éducation pour répondre aux desiderata des éducatrices et éducateurs grévistes dans les écoles publiques.

« Il faut un délai (pertinent) pour le respect de chaque engagement », réclame l’Unnoh.

Quant à la régularisation des dossiers des professeurs, les enseignants, membres des syndicats concernés par la grève, souhaitent l’accès d’une moyenne de 1,500 à 2,000 professeurs par mois (au lieu des 500 promis par le Menfp) au système éducatif, au moment de recevoir leurs lettres officielles de nomination.

Au nom des syndicats d’enseignants grévistes, le coordonateur de l’Unnoh se déclare prêt à rencontrer le titulaire du Menfp pour s’entendre sur les délais.

Nesmy Manigat avait réitéré la demande de trève du Menfp, au cours d’échanges, dans la matinée du 27 janvier 2015, avec des représentants des synidcats d’enseignants grévistes.

Des « pistes de solution ont été explorées, en vue de dynamiser le processus d’application des protocoles d’accord, conclus avec les syndicats d’enseignants », soutient le Menfp dans une note de presse.

Un accord a été trouvé, en mai 2014, avec le Menfp, sur une révision à la hausse de la grille salariale et de meilleures conditions de travail des enseignantes et enseignants.

Entre-temps, lae parti politique Fusion des socio-démocrates, qui vient d’intégrer le nouveau gouvernement d’Evans Paul, appelle les différents protagonistes à mettre fin « aux déclarations incendiaires » et « à prendre les dispositions pour mettre un terme, de façon durable, à la grève illimitée » des syndicats d’enseignants. [srh kft rc apr 29/01/2015 8:45]