Español English French Kwéyol

Haïti-Ueh : Pas de nouvelle augmentation de traitement des professeurs, réitère le rectorat après la levée de la grève

P-au-P, 26 janv. 2015 [AlterPresse] --- Le rectorat de l’Université d’Etat d’Haïti (Ueh) réitère qu’il n’y aura pas de nouvelle augmentation - dans l’immédiat - de traitements des professeurs, alors que les trois entités grévistes - regroupant le personnel académique et administratif - souhaitent des concertations à ce sujet avec le Conseil exécutif, après la levée de leur mouvement de grève, le vendredi 23 janvier 2015.

« Le budget de fonctionnement de l’Ueh, s’élevant à un milliard quarante millions sept cent cinquante-cinq mille neuf cent trente-huit et 54/100 (1,040,755,938.54) gourdes (US $ 1.00 = 47.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui) reste très en dessous des besoins réels de l’Ueh » reste la position officielle du rectorat.

Il faudrait 340 millions de gourdes par mois pour appliquer la grille de traitements, exigée par les professeurs.

Le budget, dont disposerait l’Ueh pour 2013-2014, qui est le même pourt l’exercice 2014-2015, ne permettrait pas d’adopter immédiatement une nouvelle grille salariale.

La levée de la grève d’avertissement, débutée le lundi 19 janvier 2015, vise à laisser un peu de temps aux membres du Conseil exécutif de cette institution, pour entamer des séances de concertation avec les trois entités grévistes, en vue d’une issue à la crise, indique une note de la cellule de réflexion pour la nouvelle Ueh (Crnu), du Syndicat du personnel administratif de l’Ueh (Spa/Ueh) et du Syndicat du corps enseignant de l’Ueh (Sce/Ueh), fers de lance de ce mouvement de protestation.

Réclamant de meilleures conditions de travail et surtout une augmentation salariale, ces trois entités, signataires du préavis de grève (du lundi 19 au vendredi 23 janvier 2015), disent rester mobilisées, tout en appelant, vivement, tous les membres du corps enseignant et ceux du personnel administratif à le rester aussi, en attendant leurs prochaines consignes.

Les professeurs et le personnel administratif exigent aussi l’application de la grille salariale - qui a été adoptée, par le Conseil de l’Université, le 7 décembre 2013 - à toutes les entités de l’Ueh, la réalisation ainsi que l’application d’une grille salariale pour le personnel administratif, en prenant en compte systématiquement le coût de la vie et son intégration au sein de l’Université.

Le Conseil de l’université a adopté, le 18 avril 2013, une grille salariale faisant passer le traitement des professeurs à temps plein de 35,000.00 à 60,000.00 gourdes et de 60,000.00 gourdes à 120,000.00 gourdes.

Cette grille sera maintenue jusqu’à l’adoption d’une grille salariale définitive.

« Nous sommes, en effet, plus que jamais déterminés à trouver les réponses nécessaires à l’ensemble de nos revendications », continuent de soutenir les trois entités.

Elles entendent mettre en place « un programme visant l’établissement des liens plus forts, au sein de la communauté de l’Ueh, en général, et entre les diverses entités facultaires, en particulier ».

Ce programme, baptisé « caravane de la nouvelle Ueh », viserait à mieux canaliser l’ensemble des revendications des professeurs, des chargés de cours, des moniteurs, entre autres, ainsi que celles des membres du personnel administratif, en les rencontrant, respectivement, dans leurs espaces respectifs.

Les trois entités grévistes veulent créer, entre le rectorat et ces derniers, non seulement des passerelles, mais surtout des espaces de dialogue et de discussions, dans la perspective de la nouvelle Ueh.

Elles espèrent une Ueh « plus inclusive, plus humaniste, plus forte, plus solidaire, plus compréhensive et plus proche de la population, en général, du secteur économique et des acteurs sociaux et politiques, en particulier ». [emb rc apr 26/01/2015 14:20]