Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Le vote des amendements à la loi électorale conditionnerait l’avenir des 10 sénateurs et de la chambre des députés ?

P-au-P, 09 janv. 2015 [AlterPresse] --- Le président Joseph Michel Martelly a demandé aux parlementaires d’abandonner tous les points, inclus dans l’accord du 29 décembre 2014, pour s’atteler à voter des amendements à la loi électorale, qui leur donnera la prérogative de rester en poste jusqu’en septembre 2015, apprend AlterPresse.

Martelly, qui poursuit des pourparlers avec différents partis politiques, dans la perspective de mettre sur pied un nouveau Conseil électoral provisoire (Cep), pourrait - à minuit (5:00 gmt) le 12 janvier 2015 - déclarer caduque la chambre basse et dysfonctionnelle la chambre haute.

« Pendant le week-end et même jusqu’à lundi 12 janvier 2015, ils doivent voter la loi électorale. C’est le point d’entente », argue l’ex-sénateur Youri Latortue, conseiller de Martelly.

Certains partis politiques n’auraient pas de problèmes avec Evans Paul, nommé premier ministre, mais de préférence avec les procédures utilisées pour sa nomination. C’est ce qui constitue le point de désaccord, selon Latortue.

Si cette loi électorale n’est pas amendée, le président aurait la latitude de prendre un décret pour lancer le processus électoral, laisse entendre Youri Latortue.

« A partir du 13 janvier 2015, si cette loi n’a pas été modifiée, ils [les députés] deviendront des citoyens ordinaires. Ce qui est valable, non seulement pour la chambre des députés, mais aussi pour les 10 sénateurs », avance le conseiller politique de Martelly, devant une cohorte de travailleurs de la presse.

Tous les partis politiques, qui ont participé aux pourparlers du 8 janvier 2015, seraient sortis satisfaits de la rencontre. Ils seraient sur la bonne voie pour parvenir à une solution à la crise pré-électorale, qui secoue le pays depuis tantôt 3 ans, interprète le notaire Jean Henri Céant du parti « Aimer Haïti », en marge des échanges politiques du 8 janvier 2015.

Pour sa part, Michel Martelly dit espérer que les Haïtiens priorisent Haïti.

Le vendredi 9 janvier 2015, Martelly s’est réuni, à Pétionville (à l’est de la capitale), avec une délégation de députés, pour faire suite aux rencontres politiques, initiées depuis quelques jours, dans le cadre de la recherche d’une solution à la crise.

Parallèlement, plus d’une dizaine de sénateurs ont eu une réunion, au parlement, afin d’analyser la situation pour parvenir à une sortie de crise politique.

Parallèlement, une partie de l’opposition s’est radicalisée, en lançant des propos d’une extrême violence, lors d’une manifestation le jeudi 8 janvier 2015.

L’ooposition politique compte, de nouveau, réaliser de nouvelles démonstrations de rues, les samedi 10 et dimanche 11 janvier 2015, pour continuer d’exiger le départ de Michel Martelly de la présidence. [jep kft rc apr 09/01/2015 17:50]