Haïti – Séisme/5 ans : L’art pour se souvenir du 12 janvier 2010

Par Edner Fils Décime

P-au-P, 09 janv. 2015 [AlterPresse] --- Des performances artistiques diverses et variées marqueront le 5e anniversaire du tremblement de terre, de magnitude 7.3 sur l’échelle de Richter, qui a frappé la république d’Haïti le 12 janvier 2010, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Expositions de peinture, de photographies, sorties de chansons d’occasion rythmeront cette journée déclarée « commémoration et de réflexion » par la présidence.

Une traditionnelle cérémonie à la mémoire des victimes du tremblement de terre, à laquelle sont conviés les Grands Corps de l’Etat, se tiendra sur le site de Titanyen (morne Saint Christophe, au nord de la capitale), informe à AlterPresse Lucien Jura, porte parole du président Joseph Michel Martelly.

« Durant cette journée, le drapeau national sera mis en berne, les discothèques et autres établissements assimilés resteront fermés, et les stations de radio et de télévision sont invitées à programmer des émissions et de la musique de circonstance », selon une note du bureau de communication de la présidence.

Un arrêté, en date du 6 janvier 2015, a été pris en ce sens.

En Haïti et en France… le religieux

Il est devenu traditionnel pour les confessions religieuses de toutes sortes d’organiser des manifestations collectives le jour du 12 janvier : soit en mémoire des personnes disparues, soit en guise de remerciements à une quelconque force supérieure divine ayant permis aux fidèles de survivre.

De nombreuses cérémonies de recueillement se dérouleront en divers lieux de culte en Haïti.

Le dimanche 11 janvier 2015, sera organisé un culte protestant, à l’Eglise évangélique de France d’Haïti, à St Denis en France, sous la houlette du Groupement évangélique de France, de la Vision missionnaire chapitre de France, de l’Union afro-caribéenne des églises de France et de la Communauté évangélique protestante de France.

Le même jour, une messe catholique romaine sera célébrée, à l’Eglise St Georges de la Vilette, par Monseigneur Xavier Rambaud, responsable des communautés catholiques étrangères de Paris, et par le révérend Jean Louiner Saint-Fort, aumônier de la communauté haïtienne à Paris.

Plusieurs lieux de culte se sont effondrés lors du passage du séisme ravageur le 12 janvier 2010 en Haïti, pendant que des fidèles s’y trouvaient.

Se rappeler le 12 janvier 2010

Des artistes, dont Tamara Bertrand (Queen Bee), Charline Jean Gilles, Gwoup Zanmitay, Mandela se produiront à Pétionville pour dire « Rappelons-nous le 12 janvier 2010 ».

Les participantes et participants sont invités à porter le noir et le blanc. Une bougie est aussi exigée comme sésame ce dimanche 11 janvier 2015.

Le 12 janvier 2015, les photos documentaires de Daniel Morel seront exposées en solo à Atis Rezistans pour se souvenir de la Grand’Rue (Boulevard Jean-Jacques Dessalines).

Dès le 12 janvier 2015, une exposition de 60 œuvres de 12 peintres de Kalfou Richès, en provenance de bidonvilles, débutera à la Bibliothèque nationale d’Haïti (Bnh) à Port-au-Prince.

Le lundi 12 janvier 2015, à New York (Etats-Unis d’Amérique), des organisations, entreprises et élus américains d’origine haïtienne organiseront « We remember Haïti », événement dont la toile de fond est constituée d’expositions, de discussions, de ventes-signatures de livres et de performances musicales.

Des chansons de circonstance

Joel Lorquet sort, à l’occasion, son single « Pitié pour Haïti » sur une piste de 4 minutes 12 secondes. Chanson, que l’artiste qualifie d’ « hommage aux victimes du tremblement de terre du 12 janvier [2010] ».

La plume de Lorquet a pondu ce texte dès le dimanche 17 janvier 2010.

Dressant le tableau des morts et des immeubles effondrés, Lorquet semble chercher une réponse aux catastrophes naturelles dans une quelconque malédiction.

« Bon Dieu, pourquoi c’est toujours nous ? Nous savons que nous ne sommes pas bons. Serait-ce une malédiction ? Alors, nous demandons pardon » chante-t-il.

Rafiya, une chanteuse « afropop » americano-congolaise vient de sortir dans les bacs « A song for Haïti / une chanson pour Haïti ».

« Cinq ans après ce triste évènement, elle veut partager, à nouveau, son message de solidarité et célébrer la résilience du peuple Haïtien » lit-on dans un communiqué parvenu à AlterPresse.

Les organisations de femmes n’ont pas oublié, non plus

Le lundi 12 janvier 2015 sera un « moment de souvenir et de ressourcement » pour les organisations du mouvement féministe haïtien, en particulier Kay Fanm et Solidarité des femmes haïtiennes (Sofa).

Les femmes et les féministes se donnent rendez-vous au local de la Sofa pour une « commémoration féministe du 12 janvier ».

Anne-Marie Coriolan, Magalie Marcelin et Myriam Merlet sont trois figures de proue du mouvement, qui ont péri dans le tremblement de terre à côté de milliers d’autres femmes emportées.

Diverses activités culturelles de circonstance

Différentes activités de souvenir sont également programmées, à l’occasion du 5e anniversaire du 12 janvier 2010, dans les camps (qui existent encore) dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Le vendredi 9 janvier 2014, se tient une journée de réflexion à la nouvelle agglomération (érigée à partir de l’été 2010) dénommée Canaan, avec des organisations de la zone, sous les auspices de la plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr).

Des centres offriront des projections de documentaires de circonstance au grand public, afin de ne pas oublier ce qui s’est passé il y a 5 ans.

Les vendredi 9, samedi 10 et lundi 12 janvier 2015, respectivement à Carrefour Feuilles (périphérie sud-est de la capitale) et Carrefour (municipalité au sud de Port-au-Prince), le réseau des télécentres du Groupe Médialternatif (GM) présentera « chronique d’une catastrope annoncée » du réalisateur Arnold Antonin.

Des animations culturelles (musique, poésie, etc.), ainsi que des débats, à la suite des projections, auront lieu à l’occasion. [efd kft rc apr 09/01/2015 13:10]