Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Doute sur la tenue de la session extraordinaire du Corps législatif

P-au-P, 05 janv. 2015 [AlterPresse] --- Le doute persiste quant à la tenue ce lundi 5 janvier 2015 de la séance en Assemblée nationale prévue suite à la convocation lancée par le président du Sénat Simon Dieuseul Desras aux députés et sénateurs.

Desras a voulu donner suite à la convocation à l’extraordinaire que le chef de l’État Michel Martelly lui a adressée dans l’après- midi du vendredi 31 décembre 2014.

Martelly a convoqué l’assemblée nationale de la session extraordinaire pour le samedi 3 janvier 2015, ce que Simon Dieuseul Desras avait jugé impossible, considérant, l’indisponibilité des parlementaires pour la période des fêtes.

« Les députés et les sénateurs sont donc convoqués pour la séance en assemblée nationale ce lundi 5 janvier, à 11 heures précises du matin », lit-on dans une note paraphé par Simon Desras à l’intention des Parlementaires de la 49ème législature.

Toutefois rien n’est moins sur comme rendez-vous, dans un contexte politique toujours incertain, malgré l’accord entre les trois pouvoirs de l’Etat fin 2014.

Le sénateur Wetsner Polycarpe, un des 6 sénateurs opposés à l’exécutif, déclare que cette convocation n’est que « théorique » et juge qu’ « il se peut qu’il n y ait pas d’Assemblée Nationale aujourd’hui », dans un court entretien accordé à AlterPresse, ce lundi 5 janvier.

La ratification de la déclaration de politique générale du premier ministre nommé Evans Paul, le vote des amendements à la loi électorale et de la loi sur le Fonds national de l’éducation (Fne), figurent parmi les points du menu qui n’est pas officiellement communiqué.

Wetsner Polycarpe déclare qu’il ne prendra pas part à cette séance et ajoute que plusieurs autres sénateurs sont sur la même longueur d’ondes que lui, notamment, le sénateur Moïse Jean Charles.

Le Sénat compte actuellement 20 membres sur 30 et le quorum valide pour la tenue de la séance est de 16 sénateurs.

Le sénateur, pense qu’aucune séance n’est envisageable avant le 12 janvier 2015, date à laquelle le mandat des sénateurs devait initialement arriver à terme.

Toutefois un accord entre les 3 pouvoirs de l’État, trouvé dans la soirée du 29 décembre, a permis la prorogation des mandats, respectivement, des députés jusqu’au mois d’avril de l’année en cours et des sénateurs jusqu’au mois de septembre.

Toutes les démarches en cours entrent dans la ligne de l’application des recommandations d’une commission consultative présidentielle, malgré le non respect de certaines échéances.

Entre-temps, le protocole de la présidence avait déjà invité le président du sénat, Simon Dieuseul Desras, à la cérémonie d’installation du premier ministre nommé Evans Paul, qui devait avoir lieu à la fin de la matinée du 5 janvier.

Une activité qui a été vite reportée à une date ultérieure, suivant les déclarations du porte-parole de la présidence, Lucien Jura, dans les médias. [srh apr 05/1/2015 10 :15]