Un atelier pour aider à améliorer la production de film social en Haïti

P-au-P, 06 nov. 2014 [AlterPresse] --- Une dizaine de jeunes hommes et femmes professionnels participent à un atelier sur le film documentaire, organisé dans le cadre d’un partenariat entre le Groupe Médialternatif (GM) et le Community Supported Film (CsFilm) à Port-au-Prince.

Cette formation, qui a commencé le lundi 3 novembre 2014, doit durer 6 semaines.

À la fin de cette formation, les participantes et participants devront réaliser 10 courts films documentaires, destinés à raconter la vie après le séisme du 12 janvier 2010.

Pour l’instant, les attentes sont diverses.

Il s’agit surtout « de combler ses lacunes », estime Sylvestre Fils Dorcilus, journaliste multimédias et un fervent « passionné des médias sociaux ».

C’est, d’ailleurs, à partir d’un poste sur Facebook, qu’il a pris connaissance de la tenue de cette formation.

Pour les 3 premiers jours de formation, Sylvestre Dorcilus estime avoir déjà appris « beaucoup de techniques » qui ont, dorénavant, réveillé en lui le sens de la critique des productions audio-visuelles, diffusées sur la télévision ou disponibles sur le Net.

Dorcilus s’engage déjà à offrir son service aux médias haïtiens, fournissant actuellement des productions, dont la qualité n’est pas vraiment au rendez-vous.

La formation est assurée par Michaël Sheridan, réalisateur et éducateur étasunien.

Tout se déroule dans une ambiance de partage, mais surtout d’apprentissage.

Les apprenants commencent par apprendre des notions théoriques sur une caméra vidéo, sa manipulation, la découverte ou la redécouverte de ses composants, les divers plans d’un tournage, les techniques pour composer une histoire.

Chaque aspect théorique présenté est suivi d’une séance pratique, pendant laquelle les participantes et participants sortent dans les rues pour filmer.

Toutes les prises sont ensuite visionnées ensemble, pour relever les erreurs et permettre une meilleure assimilation des notions.

Cadreur/monteur, Sylvaince Christien est « content d’apprendre les techniques personnelles » du formateur Sheridan.

Il estime partir à la reconquête des connaissances cinématographiques.

Christien se donne pour objectif de dupliquer cette formation pour les lycéens de sa localité d’origine, Jacmel (Sud-Est), et de partager les nouvelles notions apprises avec ses confrères.

« Il y a vraiment une nécessité de dupliquer un tel atelier dans les villes de province, ce qui permettrait aux habitants de ces endroits de partager la réalité de leurs vies », juge Jessy Kernizan, comédienne, heureuse de faire connaissance avec une caméra vidéo.

Elle compte aider sa troupe en formant les enfants qui viendraient en atelier.

Plus de 70 personnes avaient appliqué pour participer à cette formation, qui se déroule au local du Réseau des femmes animatrices des radios communautaires haïtiennes (Refraka/Rezo Fanm radyo kominotè ayisyen) à Delmas (périphérie nord).

Sur 19 ayant passé les entretiens, 10 ont été retenues. [srh kft gp apr 06/11/2014 13:15]