Haïti-Politique : Calme apparent à Petit-Goâve

P-au-P, 28 oct. 2014 [AlterPresse] --- Alors que le Comité technique spécial a été installé, le samedi 25 octobre 2014, un calme apparent renait à Petit-Goâve, à 68 kilomètres au sud de Port-au-Prince.

Le comité est présidé par Marc Chavannes, directeur adjoint des collectivités territoriales, et son installation concrétise la mise sous tutelle administrative et financière de Petit-Goâve comme décidé par le gouvernement

« Toutes les activités ont repris timidement dans la ville de Petit-Goâve. L’école, le commerce et le transport en commun fonctionnaient au ralenti », fait savoir une habitante de la ville, craignant, tout de même, une recrudescence de l’insécurité dans la zone.

Des échauffourées, occasionnant de vives tensions, ont eu lieu, ces dernières semaines, à Petit-Goâve.

Une dizaine d’élèves ont été hospitalisés après avoir inhalé, la semaine écoulée, du gaz lacrymogène lancé, en grande quantité, par les forces de l’ordre.

« Tous les enfants, qui ont inhalé le gaz lacrymogène, sont atteints d’une forte grippe. Pourtant, les manifestants projettent de fouler le macadam à nouveau, parce que leurs revendications ne sont pas satisfaites », critique-t-elle.

Ces manifestants appartiennent à une branche de l’opposition réclamant le départ de l’agente intérimaire de la commune, Sandra Jules, malgré les dispositions du ministère de l’intérieur de placer Petit-Goâve sous tutelle administrative et financière.

Une situation que le gouvernement du premier ministre Laurent Salvador Lamothe condamne fermement, à travers une note de presse en date du 23 octobre 2014, tout en ciblant la branche de l’opposition.

Le gouvernement appelle l’opposition à surseoir aux manifestations dans la commune, sans dire un mot sur l’attitude des forces de police qui n’ont pas épargné les écoles, lors de leur opération pour contenir le mouvement de protestation. [jep kft gp apr 28/10/2014 12:30]