Haïti-Politique : La suite des consultations présidentielles

P-au-P, 7 oct. 2014 [AlterPresse] --- Le président Michel Martelly poursuit cette semaine des politiques en vue de la recherche d’une sortie de l’impasse pré-électorale.

Après avoir finalement rencontré vendredi 3 octobre 4 des sénateurs qui lui sont farouchement opposés, il a invité le 6 octobre au palais présidentiel des responsables d’associations de médias et de journalistes.

Au cours de cette rencontre, l’Association des Journalistes Haitiens (AJH) a exprimé ses inquiétudes face à la crise pré-électorale et ce qui pourrait en découler, indique le secrétaire general Jacques Desrosiers.

« L’AJH a encouragé le président à poursuivre les consultations avec tous les secteurs sans exclusion afin d’aboutir à un véritable consensus avec les acteurs concernés par la crise pré-électorale », ajoute-t-il.

Mais les sénateurs de l’opposition qui ont eu vendredi dernier des pourparlers avec le chef de l’État sont loin d’être optimistes, selon ce que confie le sénateur John Joel Joseph à AlterPresse.

Ses trois autres collègues qui ont pris part à la réunion avec Martelly sont
Jean William Jeanty, Jean Baptiste Bien Aimé et Pierre Francky Exius.

Les sénateurs Jean Charles Moise et Wesner Polycarpe continuent de manifester leur refus de s’asseoir avec le chef de l’Etat.

« Aujourd’hui, on ne peut pas réduire la crise que traverse le pays, à l’impasse électorale. Il faut aller plus loin », suggère John Joel Joseph.

Il demande au président de rechercher une solution politique à la crise, en lien avec les partis politiques qui sont opposés à la manière dont il gère le pays.

Selon le sénateur, il ne faut pas écarter non plus, de ces pourparlers, les problèmes socio-économiques, car, selon lui, la crise est loin d’être seulement pré-électorale.

Michel Martelly annonce qu’il poursuivra les consultations avec les différents partis et secteurs de la vie nationale pour ouvrir la voie à l’organisation des élections législatives, municipales et locales en retard de plus de 3 ans.

Ces élections sont maintenant remises à l’année prochaine, alors que la fin du mandat des députés et de la moitié des 20 sénateurs en poste arrive à terme en janvier prochain. [jep gp apr 07/10/2014 00:15 ]