Español English French Kwéyol

Alerte au retour de la violence contre la Presse

Communiqué du GRALIP

Soumis à AlterPresse le 17 septembre 2004

Le Groupe de Réflexion et d’Action pour la Liberté de la Presse (GRALIP) a appris avec émotion et indignation l’odieux assassinat, à l’aube du lundi 13 septembre 2004, du pasteur JEAN MOLES LOVINSKY BERTHOMIEUX, présentateur de l’émission évangélique « La manne du matin », sur la station privée Radio Caraïbes FM.

Le GRALIP condamne sévèrement cet acte criminel qui, quelle que puisse être sa motivation, vient endeuiller une fois de plus la communauté des gens de média en général et Radio Caraïbes en particulier.

Indépendamment des croyances religieuses de tout un chacun, le GRALIP estime important de souligner la large audience populaire de l’émission « La manne du matin », un instrument de vulgarisation des valeurs religieuses et spirituelles ayant permis au pasteur MOLES BERTHOMIEUX de fidéliser des bassins d’auditrices et d’auditeurs dans diverses régions d’Haïti. Cette émission, vieille de 1989, a été d’une rare régularité et longévité dans l’histoire de la radiodiffusion haïtienne.

Le GRALIP prend note des promesses du Premier Ministre intérimaire GERARD LATORTUE d’instruire les autorités compétentes en vue d’appréhender et de punir, conformément à la loi, les auteurs matériels, commanditaires et/ou complices de ce meurtre qui témoigne, avec encore de brutalité inadmissible à l’entendement humain, des dommages irréparables causés par l’insécurité chronique sévissant en Haïti depuis 1986.

Le GRALIP exprime ses condoléances émues aux parents et alliés du défunt ainsi qu’à l’équipe de Caraïbes FM, victimes une fois trop de plus, de cette sempiternelle violence au quotidien.

Le Groupe de Réflexion et d’Action pour la Liberté de la Presse en profite pour attirer l’attention des consœurs et confrères sur les menaces multiformes, voilées ou déclarées, proférées ces jours-ci, contre la Presse Indépendante, à la fois par des partisans armés de la dictature déchue et des acteurs politiques et sociaux amnésiques, objectivement convergents.

Face au réveil, tous azimuts, des vieux démons de la société haïtienne, le GRALIP rappelle que la violence idéologique précède toujours la violence physique, dans toute logique de guerre anti-démocratique ayant pour cible privilégiée la Liberté de la Presse.

Port-au-Prince, le 17 septembre 2004

Pour le GRALIP,

Vario Sérant, Coordonnateur principal

Stéphane Pierre-Paul, Assistant Coordonnateur

Ronald Colbert, Administrateur