Haïti-Culture : Hommage à Daniel Marcelin

P-au-P, 19 août 2014 [AlterPresse] --- « Gouverneurs de la rosée », roman célèbre de l’écrivain et homme politique, Jacques Roumain, sera au cœur d’une présentation théâtrale, les samedi 23 et dimanche 24 août 2014, respectivement à Tabarre (au nord-est de la capitale) et à Pétionville (à l’est), en vue d’honorer le comédien et metteur en scène haïtien, Daniel Marcelin.

Cet événement entend immortaliser le « nous », à travers la mise en scène, par le comédien Marcelin, de « Gouverneurs de la rosée », publié en 1944 et considéré comme un classique dans la littérature haïtienne.

A part cette présentation théâtrale, un documentaire - titré « Hommage à Daniel Marcelin » - commence à être diffusé sur la Radio Télévision Caraïbes (Rtvc).

Ce documentaire sera également diffusé, dans les prochains jours, sur plusieurs autres chaînes de télévision de la capitale.

L’idée d’adapter le roman de Jacques Roumain à la scène cible les jeunes, Haïtiennes et Haïtiens, qui ne connaissent pas bien cette œuvre, très connue par les africains, affirme à AlterPresse Daniel Marcelin, accueillant cet hommage comme une reconnaissance de son travail.

« Le théâtre en Haïti est balbutiant encore », critique Marcelin, qui appelle les autorités concernées à amener le théâtre aux jeunes dans les écoles, pour les intéresser davantage.

Il est très important de rendre un hommage mérité à Daniel Marcelin, pour sa contribution au développement du théâtre, considère, pour sa part, Pierre Antoine Joseph, le coordonnateur de projet à Encre d’or (une agence de marketing), une des organisations, avec Radio Télé Caraïbes (Rtvc), initiatrices de la cérémonie d’hommage au dramaturge Daniel Marcelin.

Joseph relève comme une contradiction le fait de vouloir ouvrir des espaces culturels, comme le ciné théâtre Triomphe, tout en laissant fermer le Petit Conservatoire de Daniel Marcelin, une école qui constitue, selon lui, un espoir pour le théâtre dans le pays.

Le petit conservatoire ne devrait pas fermer, regrette Encre d’or.

« Fatigue » et « temps de faire son bilan » sont les termes, utilisés par Marcelin pour expliquer sa décision de fermer son école « Le petit conservatoire ».

Le fait de fermer le Petit Conservatoire est, souligne Marcelin, une façon de pousser aussi les gens « à réfléchir sur ce qu’il y avait, ce qu’il n’y a pas et ce qu’il faudrait y avoir ».

En termes de perspectives, le comédien et dramaturge se penche, à présent, vers d’autres horizons et d’autres possibilités, qu’il n’a pas mentionnés dans cette entrevue à AlterPresse.

Né en août 1958 à Port-au-Prince, au début de la dictature de François Duvalier, Daniel Marcelin a reçu des formations dans le domaine du théâtre en France et au Japon.

Plusieurs pièces, dont les Fourberies de Scapin (une comédie de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière), ont été interprétées par Daniel Marcelin, en Haïti et à l’étranger.

Daniel Marcelin, qui a aussi des talents en journalisme, a créé, en 1999, à Port-au-Prince, le Petit Conservatoire, une école qui a fermé ses portes depuis quelques mois. [emb kft rc apr 19/08/2014 0:35]