Español English French Kwéyol

Haïti – Prisons : Le Rnddh doute de la « prétendue évasion » de Clifford Brandt

Une « évasion planifiée »... dans la continuité de l’impunité

P-au-P, 11 août 2014 [AlterPresse] --- L’évasion, de la prison civile de Croix des Bouquets (inaugurée le 28 octobre 2012, au nord-est de Port-au-Prince), de l’homme d’affaires Clifford Brandt, écroué pour kidnapping depuis le 22 octobre 2012, « a été planifiée » ..., affirme le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Le dimanche 10 août 2014, environ 300 détenus, dont Brandt, ont pu s’échapper de la prison civile du nord-est de la capitale, selon un bilan des autorités, parlant de deux policiers blessés.

« Brandt est sorti vers les 8:00 am (12:00 gmt), alors que les autres prisonniers sont sortis par la suite », indique à AlterPresse Pierre Espérance, directeur exécutif du Rnddh.

« Il n’y a pas eu d’évasion, ni de mutinerie. Tout a été planifié », martèle le militant des droits humains.

L’homme d’affaires-kidnappeur s’est évadé de la prison, a confirmé, le dimanche 10 août 2014, le porte-parole adjoint de la Police nationale d’Haïti (Pnh), l’inspecteur Gary Desrosiers.

Desrosiers a démenti les rumeurs, selon lesquelles un commando armé aurait fait sortir Brandt de la prison.

Des agents de l’Administration pénitentiaire nationale (Apena) se sont fait complices de l’évasion, souligne le cadre de la Pnh.

Une prime d’un million de gourdes (US $ 1.00 = 46.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui) est promise par les autorités à toute personne, qui pourrait fournir des informations pour la capture de l’évadé Clifford Brandt, qualifié, lors de son arrestation en 2012, comme « l’un des bandits les plus dangereux des Caraïbes ».

Sur les réseaux sociaux, certains internautes ironisent, pour promettre le double de la somme aux autorités, si elles arrivent à remettre le bandit Brandt derrière les barreaux.

Pour le Rnddh, cette histoire de prime n’est que « démagogie ».

Il n’existe « aucune volonté manifeste de faire le procès du gang Brandt », soutient le Rnddh, soulignant les cas de policiers nationaux, inculpés dans le dossier Brandt.

« Ce qui s’est passé est une nouvelle preuve de la continuité de l’impunité. Le système carcéral est à la merci des autorités qui planifient des évasions, comme bon leur semble », poursuit le Rnddh, rappelant qu’en général « les agents impliqués dans les cas d’évasion ne sont pas jugés ». [apr 11/08/2014 15:10]