Haïti-Economie : L’éventuelle augmentation des prix du carburant sur le marché local n’est pas bien vue dans le Centre

P-au-P, 8 juil. [AlterPresse] --- La décision, envisagée par le gouvernement haïtien, de réviser, à la hausse, les prix à la pompe des produits pétroliers fait réagir au Plateau Central, avant même que la mesure soit arrêtée.

Le coordonnateur de l’association des jeunes réunis pour le développement du Plateau Central (Ajrdpc), Juno Pierre, exhorte le gouvernement à faire de son mieux pour éviter une aggravation de la situation socio-économique de la population.

Une hausse du prix de l’essence entraîne automatiquement une augmentation des tarifs du transport en commun et des prix des produits de première nécessité.

« Cette décision aura, sans nul doute, des effets négatifs sur la majeure partie de la population et plus particulièrement sur les personnes plus défavorisés », considère l’Ajrdpc.

Pour sa part, l’ingénieur agronome Jean-Claude Dorsainvil, recteur de l’université Queensland de Hinche, qui répondait aux questions d’AlterPresse, qualifie de « méchanceté » cette annonce des autorités gouvernementales, relative à la hausse envisagée des prix des produits pétroliers sur le marché local.

« C’est un acte criminel. Nous sommes convaincus que l’administration de Martelly travaille véritablement au détriment des intérêts supérieurs de la nation », dit-il.

Le responsable en profite pour dénoncer les membres du corps législatif qui n’ont pas su empêcher le pouvoir exécutif « d’assombrir l’avenir du pays ».

Il s’en prend aux députés de la 49e législature, qu’il accuse de se mettre au service du palais national en échange de pots de vin.

De Maïssade à Cerca-La-Source, en passant par Thomonde, les réactions se font cinglantes et visent particulièrement le président Michel Martelly, qui n’aurait pas respecté ses promesses de campagne.

« Le pays vit à l’heure des grandes difficultés, alors que les tenants du pouvoir ne font qu’augmenter la misère des plus pauvres », réagit Lucie Adolf, une dirigeante du Mouvement paysan de Papaye, basée à Maïssade (haut Plateau central).

Elle dit craindre le pire.

Depuis l’évocation de la possibilité d’une hausse des prix des produits pétroliers, des particuliers s’empressent de les acheter au prix actuel, dans une perspective de faire des bénéfices à la revente après une éventuelle hausse. [ro kft gp apr 8/07/2014 13:55]