Haïti-Genre : Les femmes sans complexe au volant des poids lourds

P-au-P, 30 mai 2014 [AlterPresse] --- Depuis plusieurs années, dans la zone métropolitaine de la capitale et dans les villes de province, les gens ne s’étonnent plus de voir des femmes au volant de véhicules de type poids lourds, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Un directeur général du Centre national d’équipements (Cne) a eu l’idée d’accorder la priorité aux femmes dans le recrutement des opérateurs.

Le Cne est un organisme étatique, créé par le président René Garcia Préval (durant son premier mandat 1996 - 2001).

Au ministère des travaux publics, transports et communications (Mtptc), on rencontre ces femmes le plus normalement du monde s’activant à actionner chargeurs, pelles mécaniques, tracteurs, poids lourds, etc.

Conduire pareils véhicules n’est pas simplement une action de spectacle pour ces femmes.

C’est un travail qui participe d’un sentiment d’égalité avec les hommes, qui nourrit une famille et donne une bouée de fierté.

« Je travaille sur ces poids lourds pour le respect de mes droits également. J’aimerais que d’autres femmes puissent trouver, sans problème, du boulot dans la branche », souhaite Marie Mazero Balthazar, conductrice de poids lourd à la direction départementale de l’Ouest du Mtptc.

L’égalité entre les hommes et les femmes ne se résume pas, certes, à la capacité à apporter des sous à la maison, mais, dans nombre de cas, c’est le principal outil de domination des maris sur les femmes.

« Je me sens l’égale de mon mari. Tous les deux, nous avons notre propre boulot. Je peux participer aux décisions économiques du foyer au même titre que lui », se réjouit Jonise Dorval, conductrice de pelle mécanique depuis 2 ans au Mtptc.

Balthazar comprend la situation de manière pragmatique, en montrant la nécessité pour les femmes de trouver et de garder un emploi, de manière à permettre que les foyers puissent fonctionner décemment, vu le niveau de misère dans le pays.

« Les temps sont tellement durs qu’un seul argent [salaire] ne peut pas faire vivre une famille correctement », soutient la conductrice de matériels poids lourds.

Le regard des autres, de la société, est important pour ces femmes qui investissent le champ de la conduite des matériels poids lourds.

Un regard, un sourire d’appréciation renforcent leur détermination à participer, à leur façon, dans la construction, l’assainissement du pays, mais aussi dans une lutte contre les stéréotypes confortant la division sexuelle du travail. [srh efd kft rc apr 30/05/2014 1:10]