Haïti-Insécurité : Un couple lynché et brûlé suite à un conflit terrien à Ranquitte

Correspondance Ronel Odatte

Hinche, 12 avril 2014 [AlterPresse] --- Le commerçant Abner Mésadieu, 55 ans, et sa compagne Immacula Jean Baptiste, 48 ans, ont été assassinés et leurs corps brûlés, le mercredi 9 avril 2014, par un groupe de personnes en colère, à Ranquitte (arrondissement de Saint-Raphaël, à 50 kilomètres au sud-est du Cap-Haïtien), selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

Tout s’est passé aux environs de 7:00 am locales (11:00 gmt), rapporte le juge titulaire près le tribunal de paix de Ranquitte, Me. Jocelyn Jean.

Le juge a fait état d’une dispute entre Abner Mésadieu et quelques membres des familles Jacques Desravines et Arisma Thélusma, pour une portion de terre, d’une superficie de 42 centièmes, située au centre ville.

En 2013, Jacques Desravines a vendu à la victime 37 centièmes de terre de sa propriété faisant 42 centièmes, et à Arisma Thelusma les 5 centièmes restants pour y construire une maison.

Le mercredi 9 avril 2014, alors qu’Abner Mésadieu et sa femme tentait de clôturer leur terrain, une vive dispute a éclaté entre les protagonistes, explique le juge.

Abner Mésadieu et son épouse se sont réfugiés dans la maison du juge de paix.

Plus de 600 personnes y ont fait irruption, et, en présence du magistrat, elles ont lynché Abner Mésadieu et sa femme avant de les transporter chez eux pour les brûler.

Intervenant ce matin sur les ondes de Radio Vwa Peyizan Papay, le juge indique qu’il ne pouvait rien faire face à cette situation.

« La commune de Ranquitte ne dispose que de 5 policiers. Au moment de l’acte de lynchage, il n’y avait qu’un seul agent au sous-commissariat de police. Nous avons aussi demandé de l’aide à Saint Raphaël et au Cap-Haïtien, il n y a pas eu de réponse dans l’immédiat. Un substitut du commissaire du gouvernement et quelques agents sont intervenus hier jeudi 10 avril 2014. Mais, quelques heures aprè,s ils sont repartis pour Saint Raphaël. Ce matin [du 11 avril 2014], au moment où je vous parle, aucune présence policière n’est signalée », déplore-t-il.

La maison du magistrat a essuyé des jets de pierres. Deux maisons, un night-club et un camion appartenant aux victimes sont détruits par le feu, tandis que leurs enfants se sont mis à couvert, selon divers témoignages à Radio Vwa Peyizan Papaye. [ro kft rc apr 12/04/2014 1:00]