Haïti-Ueh : La Crnu exige la mise en application transparente de la grille salariale officielle

P-au-P, 26 févr. 2014 [AlterPresse] --- La Cellule de réflexion pour la nouvelle Ueh (Crnu) appelle le conseil exécutif de l’Université d’État d’Haïti (Ueh) à mettre en application, de manière transparente, la grille salariale officielle dans les facultés publiques, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

La cellule critique le conseil pour avoir confié - à l’arbitraire, aux caprices et à la bonne grâce des dirigeants de chaque faculté - la mise en application de ladite grille qui prévoit un ajustement salarial mensuel dans un intervalle de 60 à 120 mille gourdes (US $ 1.00 = 45.00 gourdes ; 1 euro = 63.00 gourdes aujourd’hui) pour les professeurs à plein temps.

De leur côté, les professeurs vacataires devaient bénéficier de 800 à mille gourdes l’heure.

Cette lenteur, dans la mise en application de la grille salariale, est assimilée par la Crnu à des manœuvres de banalisation.

La cellule de réflexion pour une nouvelle Ueh a provoqué la prise en compte de cet ajustement salarial, après une grève débutée le 15 octobre 2013.

La Crnu voit dans l’attitude du conseil exécutif un manque d’engagement et de responsabilité, sinon de mépris, à l’égard du corps académique de l’université d’État.

Elle exhorte les doyens et dirigeants de facultés à ne pas se laisser prendre dans le piège de la discrimination facultaire des membres du conseil exécutif de l’Ueh.

L’ouverture, en janvier 2014, de la session ordinaire du parlement haïtien - sans le dépôt du projet de ladite loi - constitue un manque à gagner pour toute la nation, analyse la Crnu, interpellant le conseil sur la mise en application de la grille salariale « dont elle a toujours revendiqué l’adoption et l’exécution ».

La cellule encourage le conseil exécutif à faire avancer le travail, visant à la finalisation de la loi organique de l’Ueh, qui demeure, selon elle, un engagement du conseil exécutif de l’université d’État.

Elle appelle le conseil exécutif de l’Ueh à adresser un courrier officiel à la présidence de la république pour lui demander de surseoir au projet de loi sur l’enseignement supérieur, de telle sorte que l’Ueh puisse jouir des prérogatives reconnues par la Constitution de 1987.

Elle lui recommande également de faire preuve de compréhension, de sagesse, de justice et de responsabilité, par rapport au sort des professeurs, en vue d’éviter d’entraîner de nouvelles phases dans la lutte. [emb kft rc apr 26/02/2014 9:05]