Haïti-Environnement : Vers la mise en place d’un plan de contingence pour le Grand Nord

Cap-Haïtien, 21 févr. 2014 [AlterPresse] --- D’ici le mois de juillet 2014, un plan de contingence sera disponible pour les départements du Nord, du Nord-Est et du Nord-Ouest, informe à AlterPresse Patricia Balandier, experte en construction parasismique, travaillant à la branche nationale du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud).

Le plan de contingence traitera des actions à entreprendre pour donner « une réponse immédiate », après les premiers instants d’une catastrophe naturelle, c’est-à-dire, « quand on est coupé du reste du monde ».

Il prendra en compte, également, le comportement à adopter à la phase de la « réponse d’urgence », avec l’arrivée de l’aide externe.

Chaque mois (depuis janvier 2014), Patricia Balandier échange avec des professionnels des 3 départements, issus de champs différents d’interventions, dans le but de réfléchir sur les problèmes de chacun de ces départements et de parfaire les éventuels plans de contingence en cas de catastrophe.

Cette démarche de rencontres mensuelles vise à recueillir des informations qui serviront à élaborer l’outil.

Elle est précédée d’une quête de documentations, disponibles sur le sujet.

Par la suite, la démarche sera complétée par d’autres rencontres avec les professionnels - pour discuter de la responsabilité de chaque membre de la communauté (organisée), dans les actions à entreprendre après les catastrophes - et la rédaction d’une première version du plan, d’ici la fin du mois de mars 2014.

Des exercices de simulation ainsi que l’élaboration finale du plan de contingence sont les dernières étapes de la démarche mise en œuvre.

À côté du plan de contingence, il existe un autre programme baptisé « le Plan Nord », déjà en cours d’exécution.

Dans « le Plan Nord », il est question d’ « évaluer les risques et de voir les mesures à prendre pour les atténuer », affirme le congolais (république démocratique du Congo) Ntenda Kamina, coordonnateur du « Plan Nord ».

L’étude de la situation des sols dans le Grand Nord, autrement dit le micro zonage, l’étude de la structure des bâtiments publics, la sensibilisation du public et la formation pour des professionnels de la chaîne de construction (maçons, ingénieurs en construction parasismique) sont envisagées.

Il y a, tout de même, un « manque » important de ressources humaines en construction parasismique au pays, estime Ntenda Kamina.

Le « Plan Nord » ne sera pas prêt avant le mois de décembre 2015, toujours d’après Kamina.

La zone Nord, particulièrement le Cap-Haïtien, a été frappée, en 1842, par un violent tremblement de terre qui avait totalement détruit la ville. [srh kft rc apr 21/02/2014 8:40]