Español English French Kwéyol

Haïti - Logement : Des milliers de personnes déplacées menacées d’expulsion forcée à Village Mosaïque

P-au-P, 06 févr. 2014 [AlterPresse] --- Des milliers de personnes déplacées sont menacées d’expulsion forcée à Village Mosaïque, situé à Canaan (au nord de la capitale), alerte Amnesty international dans une note rendue publique le 4 février 2014 et transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Le lundi 3 février 2014, plusieurs personnes vivant dans la zone concernée ont été victimes d’expulsions violentes par des agents de l’Unité départementale de maintien de l’ordre (Udmo), avait signalé Fòs refleksyon ak aksyon sou koze kay (la Force de réflexion et d’action sur la question du logement / Frakka) à AlterPresse.

Les policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser une manifestation de ces résidentes et résidents, qui ont voulu bloquer la route afin de mettre fin à ces expulsions.

Amnesty international exhorte les autorités à veiller à ce que les habitantes et habitants de Canaan ne soient pas expulsés, sans procédure régulière ni préavis suffisant.

L’organisme encourage l’ouverture d’une enquête sur la participation des autorités de l’État et le groupe d’hommes armés dans les expulsions illégales à Canaan, ainsi que sur l’usage excessif de la force apparente, y compris l’utilisation d’armes à feu par les agents de police.

Toutes les personnes déplacées concernées doivent avoir accès à un logement de remplacement adéquat, souhaite l’organisme international de droits humains.

Des solutions durables doivent être recherchées aux besoins en logement des habitantes et habitants de Canaan ainsi que des milliers d’autres qui vivent encore dans des camps.

Plus de 145 mille personnes, déplacées suite au tremblement de terre du 12 janvier 2010, demeurent toujours dans des conditions difficiles dans les camps.

Plus de 200 familles du Village Mosaïque ont été déjà l’objet d’expulsion, entre les samedi 7 et lundi 9 décembre 2013, par des autorités judiciaires et policières ainsi que des civils, rappelle Amnesty international.

Ces résidentes et résidents, selon leurs propos, n’auraient pas été informés, à l’avance, de leur éviction au Village Mosaïque, rapporte-t-il.

Accompagnés d’un juge de paix, des policiers et un groupe d’hommes, armés de machettes et de bâtons, ont encore expulsé violemment environ 100 familles d’un quartier voisin appelé « Village Grâce de Dieu », le 30 janvier 2014.

Au moins trois personnes auraient été blessées, dont un enfant de 4 ans et un homme de 84 ans.

Une structure de fortune, utilisée comme école, ainsi qu’un réservoir d’eau servant des milliers de personnes ont été détruits. [emb kft rc apr 06/02/2014 10:40]