Español English French Kwéyol

Haïti-Rép. Dom. : Le Garr exige une enquête sérieuse sur l’assassinat de deux ressortissants haïtiens

Des jeunes « criblés de balles et mutilés »

P-au-P, 24 janv. 2014 [AlterPresse] --- La plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugies (Garr) recommande une enquête « sérieuse » sur le double assassinat de deux ressortissants haïtiens, Yidet Kaseite et Yodet kaseite, deux frères respectivement âgés de 26 et 28 ans, dans la perspective de déterminer et de punir les auteurs de cette action barbare, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

La plateforme Garr réclame la fin de l’impunité pour les agresseurs des immigrants haïtiens en République Dominicaine, afin que de tels actes ne se reproduisent plus.

La plateforme Garr condamne, avec la plus grande véhémence, « ce double crime horrible, résultat du laisser-faire des dirigeants haïtiens qui n’accordent aucune attention à la communauté haïtienne en République Dominicaine ».

« Les corps sans vie, criblés de balles et mutilés », les deux victimes ont été retrouvées, le 22 janvier 2014, dans le pire des états, à proximité de la rivière de Las Laves dans la municipalité de Villa González, à Santiago, en République Dominicaine, rapporte le journal en ligne dominicain El Sol de Santiago, cité par la plateforme Garr.

Il a fallu l’intervention de l’oncle des victimes Eliese Kaseite, âgé de 48 ans, pour identifier les deux jeunes, portés disparus depuis le lundi 20 janvier 2014.

« Un rapport de la police a révélé que le corps du plus jeune, Yidet Kaseite, avait été retrouvé sans tête, sans bras et sans pénis, avec un morceau de bois inséré à l’anus. Toutefois, aucune information sur les auteurs de ce double assassinat n’a été communiquée », lit-on dans la note de Garr.

Cette tragédie survient, dans un contexte où les deux républiques voisines entament un dialogue conjoint, en vue de retrouver une issue à la crise qui sévit entre elles, surtout à cause de la sentence de la cour constitutionnelle dominicaine rendant apatrides, depuis le 23 septembre 2013, plus de 250 mille Dominicaines et Dominicains pour la plupart d’ascendance haïtienne.

En mai 2009, le jeune migrant haïtien, Carlos Nérilus, fut sauvagement tué à Santo Domingo, rappelle la plateforme Garr.

Ces assassinats traduisent, une fois de plus, le niveau de détérioration des relations des deux pays voisins sur l’île d’Haïti, et le laxisme des autorités dominicaines qui n’agissent pas suffisamment avec fermeté pour empêcher la répétition de tels actes, fait savoir Garr.

Le gouvernement haïtien doit revoir sa stratégie diplomatique par rapport à la République Dominicaine et prendre des dispositions pour nommer, dans ce pays voisin, des représentants capables de défendre valablement les intérêts d’Haïti et ceux des migrantes et migrants, insiste la plateforme groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr). [jep kft rc apr 24/01/2014 14:40]