Español English French Kwéyol

Haïti-Environnement : Les résultats de micro zonage à P-au-P disponibles fin janvier 2014, annonce l’ingénieur géologue Claude Preptit

Plus de peur, que de mal, après la secousse sismique du 20 janvier 2014

Par Jean Élie Paul

P-au-P, 21 janv. 2014 [AlterPresse] --- Les résultats des travaux de micro zonage, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, devraient être disponibles en cette fin de janvier 2014, fait savoir à AlterPresse l’ingénieur géologue Claude Preptit, en charge de l’unité technique de sismologie (Uts) en Haïti.

« Nous sommes en train de finaliser les cartes. Cette semaine, les résultats des travaux de micro zonage devraient être disponibles », ajoute Preptit, qui annonce la fin des travaux de micro zonage, dans la zone métropolitaine de la capitale, dont des résultats partiels ont été rendus publics le vendredi 2 août 2013.

Le rapport, attendu, de micro zonage donnera une cartographie des différents phénomènes, liés au tremblement de terre.

Les cartes présenteront les positions des différentes failles et indiqueront les mouvements de terrain, des chutes de blocs en montagne et des glissements de terrains, souligne l’ingénieur géologue haïtien.

Les risques d’un éventuel tremblement de terre sont toujours très élevés, comme Haïti en avait fait l’expérience le mardi 12 janvier 2010.

Ce qui est incontournable, il faut agir sur les constructions, former les ingénieurs, les architectes, pour avoir une meilleure connaissance du sol.

Lors d’un séisme, ce ne sont pas les ondes sismiques qui tuent la population, mais, de préférence, les constructions qui ne répondent pas aux normes, avertit l’ingénieur géologue Claude Preptit

Le spécialiste entend rassurer la population par rapport aux légères secousses, ressenties aux environs de 1:56 (6:56 gmt) le lundi 20 janvier 2014, notamment dans l’aire métropolitaine de la capitale Port-au-Prince.

« La population doit vivre avec l’idée qu’un séisme peut arriver à tout moment. Des dispositions doivent être prises pour améliorer les constructions et apprendre aux communautés quels comportements adopter en cas de tremblement de terre », prévient Preptit, interrogé par AlterPresse.

Beaucoup d’habitantes et d’habitants ont éprouvé de grandes frayeurs, supputant l’imminence d’un nouveau tremblement de terre, de forte magnitude, comme celui enregistré le mardi 12 janvier 2010, selon les témoignages recueillis par AlterPresse.

Une secousse sismique de magnitude 3.3 sur l’échelle de Richter, dont l’épicentre se situait à 10 km au sud/sud-ouest de Carrefour et 13 km au sud-ouest de Port-au-Prince, à une profondeur de 14.1 km, a été enregistrée à 1:56 AM, indique le site de l’Institut de géophysique U.S. Geological Survey (Usgs).

Pour le géologue Preptit, « les petites secousses sont dues à la manifestation dynamique de la plaque Caraïbes, c’est-à-dire des activités très intenses en profondeur. Mais, Il est très difficile de savoir si les petites secousses ont été occasionnées par les mêmes failles, qui ont provoqué le tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010 ».

« Bien que l’épicentre de la secousse, ressentie dans la matinée du 20 janvier 2014, ait été identifié dans la même zone que celle du 12 janvier 2010, il est beaucoup plus proche de Port-au-Prince. Mais, il est très difficile de faire un rapport… pour savoir s’il s’agit d’une réplique du 12 janvier 2010, alors que la faille de la presqu’île du Sud est très longue », avance l’ingénieur géologue Claude Preptit.

Il convient de rappeler que la république d’Haïti est placée dans une zone à risques sismiques toujours élevés. Cela peut arriver à n’importe quel moment.

Les informations disponibles révèlent que la plaque Caraïbes est en train de bouger. Les secousses sont très fréquentes dans la zone.

« Que ce soit du côté de la République Dominicaine, du côté de Cuba, c’est toujours la même plaque qui bouge. C’est une zone à activités sismiques très intense », précise l’ingénieur géologue Preptit. [jep rc apr 21/01/2014 0:10]