Español English French Kwéyol

Haïti-Elections : L’autorité électorale doit délivrer ou se désister, lance le président du sénat

P-au-P, 3 déc. 2013 [AlterPresse] --- Il faut un scrutin avant la fin de cette année, sinon le Collège transitoire du conseil électoral permanent (Ctcep) doit adopter la position « logique et idéale » de désister, affirme le président du Sénat Simon Dieuseul Desras, lors d’une interview accordée à AlterPresse.

« S’ils ne peuvent pas délivrer, ils doivent désister, car ils devaient organiser les élections à temps, ce qu’ils n’ont pas fait », critique Desras, évoquant le manque de crédibilité du Ctcep.

Une nouvelle loi électorale attend l’approbation du chef de l’Etat, Michel Martelly, qui a un délai de huit jours francs (8), pour la publier dans le journal officiel Le Moniteur.

La nouvelle loi doit réglementer les prochaines élections sénatoriales partielles, locales et communales, en retard d’environ deux ans.

Ces élections visent précisément le renouvellement d’un tiers du sénat, 140 conseils municipaux et 570 conseils d’administration de sections communales (Casec).

Amputés de dix membres, depuis plus de deux ans, le sénat haïtien fonctionne actuellement avec 20 sénateurs, alors qu’il devrait être constitué normalement de 30 membres, élus pour 6 ans.

De plus en plus on parle d’organiser une seule élection en octobre 2014. Mais Desras se montre sceptique.

« La Constitution exige que les sénateurs soient élus pour six ans, quand ils disent qu’ils vont organiser une seule élection en octobre 2014, il faudrait savoir quel mandat sera attribué aux sénateurs. Comment vont-ils s’y prendre pour dire que ces deux groupes sénateurs ne sont pas élus pour six ans ? », s’interroge-t-il.

Pour lui, la meilleure solution est d’organiser les élections durant le premier trimestre de l’année 2014.

« Le seul moyen possible c’est de trouver un accord politique, parce qu’ils ne peuvent pas décider d’organiser les élections pour deux groupes de sénateurs simultanément », ajoute le président du Sénat.

Le Ctcep a sorti un calendrier fixant le scrutin tant attendu au 26 janvier 2014. Mais à un peu plus d’un mois de cette date, la loi électorale et d’autres préparatifs essentiels ne sont pas bouclés. [jep kft apr 3/12/2013 11 :55]