Español English French Kwéyol

Le respect des droits des femmes, condition sine qua non pour l’atteinte des OMD

De notre envoyée spéciale Francesca Théosmy

Bruxelles, 2 déc. 2013 [AlterPresse] --- Les objectifs du millénaire pour le développement ayant rapport avec la santé ne pourront être atteints si les femmes ne jouissent pas de leurs droits et si le système sanitaire demeure faible, selon ce qui ressort d’une interview avec Tim Roosen, coordonnateur de Action for global health.

Tim Roosen a réagi en marge des Journées européennes de développement qui ont eu lieu les 26 et 27 novembre à Bruxelles, consacrées à des discussions autour de l’agenda post-2015.

Sur les 8 objectifs du millénaire pour le développement fixés en 2000, trois concernent la santé. Il s’agit de la réduction de la mortalité infantile, l’amélioration de la santé maternelle et le combat contre le VIH/Sida, le paludisme et autres maladies.

Ce sont également les objectifs qui ont connu le moins de progrès dans le monde.

Pour Tim Roosen, c’est « parce que cela nécessite d’aller au-delà des institutions ou des offres de soins et de matériels. Car cela nécessite un accès aux moyens de contraception et un processus de consultation dans l’opinion publique et avec les femmes afin qu’elles décident de quand et comment faire un planning familial ».

Tim Roosen poursuit son analyse pour situer le problème également du coté des donateurs. Selon lui, lutter pour ces objectifs est « moins concret que de guérir quelqu’un. Cela se situe sur un plus long terme. Mais c’est essentiel. Il n’est pas acceptable que des femmes meurent parce qu’elles donnent la vie ».

Des discussions sont en cours au niveau de l’Union Européenne et des Nations Unies pour établir un agenda après 2015.

Tim Roosen dit espérer que « l’agenda sera totalement différent » avec « un cadre universel » basé sur des règles et des engagements valables pour tous les pays de la planète.

« Au niveau de la coopération nous espérons que le cadre post-2015 aura un focus plus important sur le renforcement du système de santé. On a besoin d’’investissement allant au-delà du renforcement des services de santé et de soins », insiste-t-il.

En fait, pour venir à bout des défis en matière d’accès équitable aux soins, il faudra aller en profondeur en améliorant la qualité des ressources humaines, en établissant un ministère de la santé plus fort et une couverture sanitaire complète, tenant ainsi compte des zones reculées.

Action for global health est un réseau de plaidoyer d’organisations non gouvernementales européennes travaillant sur la santé et intervenant dans 70 pays. [kft gp apr 2/12/2013 11 :10]