« Vendredi littéraire », événement incontournable qui illumine les chemins de l’écriture contemporaine en Haïti

Par Samora Chalmers

P-au-P., 19 sept 2013 [AlterPresse] --- Dans le cadre de la rentrée littéraire, « Vendredi Littéraire » de l’Université Caraïbes, en collaboration avec le Centre Culturel Anne Marie Morisset, a proposé sa traditionnelle soirée de musique et de littérature autour du thème « Magie et superstition dans la littérature ».

Les auteurs et créateurs ont été inspirés par les mythes, les contes, les légendes. Sans oublier l’influence des mythes fondateurs et du vaudou dans la création littéraire et artistique. La majorité des interventions n’ont pas directement traité le thème annoncé, elles ont surtout fait références à la peur, à la religion et aux croyances superstitieuses sans entrer dans le sujet en profondeur.

Pour l’animatrice Evelyne Trouillot, le vendredi 13 devait être l’occasion, le moment pour réfléchir et chanter le malheur et la chance dans cet espace ou les littéraires, les débutants et le public ont l’habitude de s’emparer du monde et le raconter.

La littérature occupe un espace prépondérant dans la culture et dans la société haïtienne. « Vendredi littéraire » a su, au fil des années, s’y trouver une place de marque ! Lieu de rencontre entre les écrivains attitrés et les jeunes espoirs, il s’agit d’une initiative mise en place pour préserver la littérature et le livre en Haïti.

Les habitués et les talents qui montent

Espace d’expression littéraire et artistique, il laisse libre cours aux inspirations tout en encourageant l’échange avec le public. Ce vendredi, la séance s’est ouverte avec une trentaine de personnes réunies sous la tonnelle du Centre culturel. L’évènement a été constitué de lectures de textes (extraits de romans, nouvelles, contes, poèmes, lectures scéniques) et d’échanges en français et en créole haïtien, ponctués par les interventions de l’animatrice qui explique sa démarche et met à l’aise son audience. Cette activité a commencé avec des chansons de Brassens réinterprétées par Oldy en créole. Puis un texte de Guy de Maupassant, La Peur, paru en 1882. Félix-Morisseau Leroy a été aussi à l’honneur avec le poème « La croix » qui demande un miracle pour les nègres. Le texte de Frankétienne « Tankou » a été aussi déclamé. Ce sont surtout des jeunes avec des talents littéraires qui ont principalement organisé la soirée.

On a aussi découvert un groupe débutant, avec le chanteur et guitariste Junior Toussaint accompagné d’un saxophoniste et d’un trompettiste qui ont interprété des chansons traditionnelles haïtiennes telles que « Solé » et « Ayiti chérie ».

Dans la deuxième partie, Ti Jean Lhérisson, nous fait découvrir un texte qu’il a écrit en 1998 pour « Vendredi littéraire », puis une parodie de Jacques Roches en 1995, intitulé « Enfant de la canne », l’occasion de rendre hommage à un ancien habitué de l’événement, mort tragiquement. Un autre ancien, Jacques Painthier, lit un chapitre de son ouvrage « Les visages de l’amour », et un autre texte intitulé « Le retour en Atlantide ». Puis un habitué, Claude Pierre, a présenté trois textes dont il est l’auteur et qui ont été publiés. Evelyne Trouillot l’animatrice lit elle aussi un extrait de son livre « Parlez-moi d’amour ». La clôture a été effectuée avec Jacques Painthier qui a chanté « Simbi o » ainsi qu’un morceau en hommage à la chanteuse Lumane Casimir.

L’importance de « Vendredi littéraire » dans le monde de la littérature en Haïti

Inauguré en décembre 1994 par l’Université Caraïbes, les cinq premières années de ce rendez-vous ont été animées par l’écrivain haïtien Lyonel Trouillot. Depuis un an, ce rendez-vous de rencontres littéraires a été repris et animé par Evelyne Trouillot, professeure et écrivaine.

Ces échanges ont sensibilisé tout une génération à l’importance de la langue créole dans la culture et comme patrimoine à préserver et à revendiquer. Se produisent aussi dans cet espace des auteurs – compositeurs – interprètes s’accompagnant en général à la guitare.

« Vendredi littéraire » met à l’honneur des auteurs solides, écrivains, artistes et amateurs haïtiens de premier plan. Événement littéraire incontournable, il propose un espace d’échange et de parole avec les écrivains, les artistes et réunit un public exigeant, curieux, convivial et très divers. Les rencontres proposent à chaque nouvelle édition des thèmes différents, porteurs, qui encouragent des formes originales d’expressions et de dialogues avec le public. Par exemple, des lectures théâtralisées se marient avec la musique et des interventions artistiques. Tout cela fait vivre les textes !

Les « Vendredi Littéraire » ont mis en place une anthologie sonore qui propose des textes et des chansons de Georges Castera, Frankétienne, René Belance, Lyonel Trouillot, Claude Pierre, Josaphat Large, Evelyne Trouillot. Ainsi, le public peut avoir accès aux textes et voix des poètes tels que Félix Morisseau-Leroy, René Philoctète, du diseur et comédien Lobodjabavadra et des écivains Edwidge Danticat, Pierre-Richard Narcisse, Nèg lakay, les dramaturges Hervé Denis et Daniel Marcelin. La réussite des « Vendredis Littéraires » consiste à réunir des maitres et des débutants de la littérature. Les écritures attestent de l’individualité autant que des tendances ou courants ayant marqués ou influencés la littérature haïtienne : Indigénisme, surréalisme, réalisme merveilleux, spiritualisme…

Il est aussi proposé d’autres services et activités culturels tels que des ateliers d’écriture sur la poésie, la nouvelle et la littérature jeunesse. Le centre culturel Anne Marie Morisset met à la disposition du public une bibliothèque assez bien fournie ainsi qu’une salle de multimédia, un club de lecture, des projections et des cours de danses.

Les « Vendredis littéraires » sont soutenus financièrement par le programme « Appui au Renforcement de la Culture et de l’Art pour le Développement Economique et Social (Arcades) », le ministère de la culture et le fonds européen de développement (Fed). [sc ts gp apr 19/09/2013 10 :50]

Cette chronique est produite dans le cadre du programme de production et diffusion d’informations multimédia pour une meilleure appréciation des activités culturelles en Haïti. Il est mis en place par le Groupe Medialternatif et Caracoli, institutions impliquées dans la communication sociale et la promotion culturelle, avec le soutien de la Fondation de France et de la Fondation Culture Création à travers le programme FIL Culture.

Depuis octobre 2012, AlterPresse (agence en ligne du Groupe Médialternatif) et Caracoli éditent un agenda culturel hebdomadaire. Agenda et compte rendu sont adaptés pour alimenter une chronique radio qui est diffusée sur cinq stations : Radio Kiskeya (Ouest), Radio Express et Radio Jacmel Inter (Sud-Est), Radio Paillant Inter et Radio PSG (Nippes, une partie du Sud-Ouest).