Perspectives

Haïti-Éducation : Le Menfp reporte la rentrée des classes au 1er octobre


vendredi 23 août 2013

P-au-P, 22 août 2013 [AlterPresse] --- En plus de raisons « techniques » (plusieurs manuels ne seraient pas encore disponibles), le retard - enregistré dans la publication des résultats de la session ordinaire 2013 du baccalauréat haïtien - et les exigences, notamment d’organisations syndicales et de parents d’élèves, seraient à l’origine du report de la rentrée des classes, désormais fixée au mardi 1er octobre 2013 au lieu du lundi 2 septembre 2013 (date officiellement donnée), apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Ce sont, là, les explications fournies par le ministre de l’éducation nationale de la formation professionnelle (Menfp), Vanneur Pierre, lors d’une conférence de presse, ce jeudi 22 août 2013, à Port-au-Prince.

La rentrée des classes a été initialement fixée le 2 septembre 2013 par le Menfp, qui n’avait pas cessé de faire diffuser des spots de sensibilisation, sur les ondes de plusieurs médias radiophoniques, pour appeler les directrices et directeurs d’écoles ainsi que les parents au respect de cette date.

Des organisations syndicales ont critiqué cette réouverture précipitée, compte tenu du contexte socio-économique difficile de la majeure partie des parents haïtiens.

C’est la troisième fois (2011, 2012 et 2013) que le Menfp - depuis l’accession de Joseph Michel Martelly à la présidence - ne respecte pas ses engagements de réouverture académique des classes en septembre, pour des prétextes divers et à moins de deux semaines des dates préalablement indiquées.

D’aucuns évoquent un manque de planification, de l’improvisation, voire de l’incohérence, au sein d’une administration politique qui affirme vouloir faire de l’éducation une de ses 5 grandes priorités (à côté de l’environnement, de l’état de droit, des emplois et de l’énergie).

D’autres voix relèvent un gaspillage de deniers publics, dans des bamboches carnavalesques dites « carnaval des fleurs » (dimanche 28, lundi 29 et mardi 30 juillet 2013), au détriment d’une programmation pertinente des actions institutionnelles stratégiques.

Sur dix départements du pays, seuls les résultats de cinq d’entre eux - à savoir les départements de l’Ouest, du Centre, Sud, de la Grande Anse et des Nippes (Sud-Ouest) - sont déjà publiés pour la session ordinaire 2013 du baccalauréat.

Pour le département de l’Ouest, sur 95 mille 940 mille élèves de Rhéto, 28 mille 940 sont admis, soit un taux de réussite de 30.20%.

Pour la terminale (philo), sur 34 mille 258, 21mille 265 sont admis, soit un taux de réussite de 62.07 %.

« Nous travaillons actuellement sur les résultats des autres départements pour leur publication dans les jours à venir. Toutefois, nous n’avons pas encore terminé par rapport aux prévisions que nous avons faites », fait savoir le ministre.

Ce retard est surtout dû au report des examens d’État, pour une semaine, à cause du passage (en juillet 2013) de la tempête Chantal sur Haïti, avance Pierre, indiquant combien ce report aurait eu un impact sur tout le processus de planification.

Interrompus dans l’après-midi du mercredi 10 juillet 2013, à cause du passage de Chantal, ces examens officiels, pour les candidates et candidats aux examens du bac 2 (philo), ainsi que celles et ceux du nouveau secondaire, ont été repris le lundi 15 juillet 2013.

Le titulaire du Menfp en profite pour signaler le renvoi, au 2 septembre 2013, des examens officiels de la session extraordinaire du baccalauréat (1re et 2e parties). Ces examens devaient avoir lieu le lundi 26 août.

Dans la perspective de la rentrée scolaire de l’année académique 2013-2014, le Menfp dit avoir pris un ensemble de mesures, comme celles déterminant la contribution scolaire à 250.00 gourdes (Us $ 1.00 = 44.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes) pour le troisième cycle fondamental (6e, 8e et 9e années fondamentales).

Les frais d’examens sont exclus dans cette contribution, précise le ministre du Menfp, faisant savoir que son ministère subventionne, cette année, deux millions de manuels scolaires à hauteur de 70%.

Le Menfp déclare prévoir des sanctions contre celles et ceux qui vendraient, illégalement, ces manuels subventionnés à pris élevés. [emb kft rc apr 22/08/2013 15:35]