Español English French Kwéyol

Haïti-Droits humains : Violente attaque contre une fête de fiançailles entre deux homosexuels

P-au-P, 12 août 2013[AlterPresse] --- Un groupe d’individus a attaqué, dans la nuit du 10 aout, une maison à Pétionville (périphérie est) où se déroulait une fête de fiançailles entre deux homosexuels, apprend AlterPresse.

Deux véhicules auraient été incendiés et des vitres d’autres automobiles ainsi que celles de l’édifice brisées.

La police a du intervenir pour protéger les deux individus, dont l’un serait un étranger, confirme à AlterPresse le porte parole adjoint de l’institution policière, Gary Desrosiers.

Charlot Jeudy, président et porte parole de Kouraj, une organisation qui défend les droits des homosexuels, « dénonce » ce qui s’est passé.

Contacté par AlterPresse, il le qualifie « d’attaque homophobe et de banditisme ».

Le responsable de Kouraj invite les deux victimes à porter plainte en justice et annonce que son organisation entend chercher à éclairer les faits.

Une première attaque a été enregistrée en marge d’une marche anti gay le 19 juillet dernier

Condamnant ces actes, la Plateforme des organisations de défense des droits humains (Pohdh) évite, pour le moment, de parler d’homophobie et suggère de prendre en compte le niveau d’éducation de la population.

Le secrétariat exécutif de la Plateforme, rejoint par AlterPresse, estime qu’« on ne peut pas encore parler d’homophobie ».

La population peut ne pas comprendre que certaines personnes ont des droits, notamment les enfants, les femmes, les handicapés, les migrants et également les homosexuels, souligne la Pohdh.

La Plateforme regrette que l’État ne s’engage pas à favoriser une meilleure éducation de la population sur le respect des droits spécifiques et généraux des citoyennes et des citoyens.

Elle juge que le moment est venu de réfléchir sur certaines réalités, mais surtout les plus prioritaires : de meilleures conditions de vie pour la population et l’intégrité des citoyens haïtiens.

Le commissaire du gouvernement près le parquet du tribunal civil de Port-au-Prince, Lucmane Delille, ne veut pas encore se prononcer sur le dossier.

Plusieurs manifestations hostiles aux homosexuels ont été organisées, ces dernières semaines, dans la capitale haïtienne et plusieurs départements du pays-> http://www.alterpresse.org/spip.php?article14891]. [srh apr 12/08/2013 14:55]