Español English French Kwéyol

Haïti-Culture : Dernier hommage à Alexandre Lavaud, poète et militant

P-au-P, 16 juil. 2013 [AlterPresse] --- La veillée hommage au poète et militant Joseph Alexandre Lavaud, organisée le 15 juillet à la Faculté d’ethnologie (Fe), a été un moment de découverte pour certains et de redécouverte pour d’autres du niveau d’engagement politique de cet ingénieur converti en travailleur agricole pour semer les graines révolutionnaires de la lutte contre la dictature.

Les témoignages de personnalités dont celui du dirigeant du Mouvement national patriotique du 28 novembre 1980 (Mnp-28), Déjean Bélizaire, son compère, de son camarade Gérard Duplessis, de Nicole Magloire du Collectif contre l’impunité ont présenté Lavaud comme « un révolutionnaire accompli qui a su appliquer les mots de Mao, c’est-à-dire nager dans la masse comme un poisson dans l’eau ».

« Lavaud fait partie de cette génération héroïque. Avec lui, je me suis retrouvé coupeur de canne dans la plaine du Cul-de-Sac pour le compte de la Hasco [Haitian american sugar company]. Nous avons pu cerner les rouages de l’exploitation des ouvriers au profit de la dictature et de l’impérialisme. Notre sensibilité populaire s’est renforcée », a confié l’ingénieur Duplessis.

Connu pour sa militance dans le milieu universitaire sous la période dictatoriale de François Duvalier, Lavaud a été aussi abordé comme un personnage devant permettre une « réappropriation de la lutte étudiante ».

« Que ce moment soit propice à réparer les brèches entre les différentes générations dans le mouvement étudiant », a souhaité Picard Byron de la Fe.

Présentement au niveau de l’université, précisément dans les associations d’étudiantes et d’étudiants, domine une perception selon laquelle les actuels dirigeants participent de la perte des acquis relatifs à l’autonomie et à l’indépendance de l’Université d’Etat d’Haïti (Ueh).

Le poète et diseur Joseph Alexandre Lavaud a travaillé avec plusieurs groupes de jeunes au sein de l’Ueh dont la chorale du Groupe d’études et de recherches en philosophie (Gerph) que les membres assimilent à « un dernier effort du militant pour redorer le blason de la culture haïtienne ».

Il a été aussi l’instigateur de la création du « Kolektif inivèsitè pou Linite nan Inivèsite a (Kili) ».

Malgré ses 78 ans, Lavaud avait l’esprit jeune et « n’avait rien perdu de ses rêves y compris celui de revoir toute l’Ueh se reconnecter par la médiation d’une organisation », selon le militant étudiant Beltis James.

« Un révolutionnaire authentique qui a choisi de vivre avec les paysans en paysan en abandonnant les privilèges que la profession libérale d’ingénieur pourrait lui octroyer. Lavaud fut un humaniste, un modèle qui s’est sacrifié pour la transformation du sort des démunis », a martelé Déjean Bélizaire dans un témoignage pré-enregistré.

Lavaud a participé à la rédaction et à la diffusion du premier texte du Mnp-28 (dont il a été co-fondateur avec Belizaire, Max Péan et Duplessis), le 20 décembre 1980, intitulé « contribution du Mnp-28 dans le travail de déchoukaj ».

Nicole Magloire du Collectif contre l’impunité croit que « la seule façon de rendre hommage à Sansann [surnom de Lavaud] est de continuer la lutte contre la dictature sous quelque forme que ce soit ».

Ce message arrive à un moment où des voix ne cessent de s’élever pour dénoncer les penchants dictatoriaux du pouvoir en place qui d’ailleurs, fricote avec le duvaliérisme.

Des personnalités du milieu des mouvements sociaux et intellectuel ont été remarqués à cette veillée-hommage aux côtés de dizaines d’étudiants de l’Ueh.

« Le rude travailleur qui ne ménageait même pas son sommeil », comme l’a souligné Claire Jean-Baptiste de la fondation Dessalines s’est endormi pour une dernière fois le 5 juillet 2013.

Ses funérailles ont été chantées à Port-au-Prince, ce 16 juillet 2013. [efd kft gp apr 16/07/2013 14 :45]