Haïti-Justice : Les avocats du policier assassiné Walky Calixte demandent la comparution de tous les inculpés dont deux députés

P-au-P, 21 juin 2013 [AlterPresse] --- La commission parlementaire ayant décidé de ne pas lever l’immunité des députés Rodriguez Séjour et M’Zounaya Bellange Jean Baptiste, les avocats de la famille du policier Walky Calixte se tournent vers le juge d’instruction Jean Wilner Morin pour qu’il tranche définitivement l’affaire, constate AlterPresse.

« Nous demandons au juge d’instruction de rendre son ordonnance de clôture pour déférer tout le monde par devant la juridiction de jugement y compris ces deux parlementaires », réagit André Michel dans une interview ce 21 juin à notre rédaction.

André Michel est l’avocat de la famille du policier Walky Calixte assassiné dans le quartier de Martissant le mardi 17 avril 2012.

Les députés Rodriguez Séjour et M’Zounaya Bellange Jean Baptiste sont inculpés par le juge d’instruction Jean Wilner Morin dans le cadre de cette affaire après leur audition.

La commission parlementaire, chargée d’établir la nécessité de lever l’immunité ou non de ces députés, soutient dans la conclusion de son rapport rendue publique le mercredi 19 juin dernier : « Il n y a pas suffisamment de matière » pour répondre à la demande du juge Jean Wilner Morin.

Le juge avait fait cette demande le 19 mars dernier.

La conclusion du rapport de la commission parlementaire n’empêche pas à l’avocat de la famille de rester confiant.

« Cela ne saurait avoir pour vertu de bloquer l’enquête criminelle qui se fait au cabinet d’instruction. Le juge est maître de l’affaire, son seul blocage c’est qu’il ne peut pas procéder à l’arrestation de ces députés, couverts par l’immunité parlementaire », déclare l’avocat.

La sollicitation du juge auprès de la chambre des députés et l’inculpation des deux députés est la preuve que le juge avait trouvé des éléments liés à leur implication dans l’assassinat du policier, estime André Michel.

L’avocat considère la conclusion du rapport de la commission comme « la preuve par 4 de l’implication présumée de ces 2 députés dans la mort de Walky Calixte ».

Selon lui, « ils ont un problème de conscience et c’est pour cela qu’ils ont peur de comparaître devant la justice ».

Pour lui, c’est un manque de respect à la justice, à la mémoire de Walky Calixte et à celle de l’agent Jean Hertz Cayo (un autre policier de la même patrouille que Walky Calixte abattu) et aux autres policiers détachés au service de sécurité des députés et des sénateurs.

Jean Hertz Cayo a été assassiné par balles le jeudi 2 mai 2013 dans le quartier de Carrefour-Feuilles (secteur sud de la capitale), quelques jours après que la commission parlementaire eut reçu l’autorisation du juge Morin de consulter le dossier.

Bien avant le meurtre de Cayo, Marcelin Jevousaime, un autre policier de la même patrouille, a été atteint de plusieurs projectiles dans le périmètre de sa maison, le jeudi 21 mars 2013.

Selon les différentes déclarations rapportées dans les médias, tout a commencé au matin du mardi 17 avril 2012, après une altercation entre la patrouille du policier Walky Calixte et le cortège du député Séjour Rodriguez. [srh kft gp apr 21/6/2013 14 :30]